Qu’est-ce que le soufisme : introduction

Islam - Firdaous.com

À toi, qui veux savoir ce qu’est le soufisme,

Le Soufisme (de l’arabe Tassawouf) est le coeur de la spiritualité musulmane. En effet, chaque religion authentiquement révélée constitue un support et une loi communautaire essentielle satisfaisant les limites prescrites par Dieu. Et c’est à partir de la religion (partie exotérique ou extérieure valable pour tous) que nous pouvons atteindre la spiritualité (partie ésotérique ou intérieure valable pour chacun car cette relation intime à Dieu est unique).

Depuis Adam (Paix et salut sur lui), premier homme et premier prophète, Dieu, dans sa miséricorde infinie, a envoyé successivement quantité de prophètes et messagers (124000 nous dit la tradition musulmane). Nous en connaissons un certain nombre dont parle les écritures saintes et authentiquement préservées qui nous sont parvenues. Dans ce schéma divin, l’Islam est la dernière religion révélée jusqu’à la fin de notre monde. Ceci a été voulu par Dieu.

Ainsi, l’Islam et son messager le prophète Mouhammad (Paix et salut sur lui), a pour mission explicite de servir l’humanité entière sans restriction aucune dans sa guidée vers Dieu, de manière totalement universelle et y compris pour le monde invisible (celui des génies faits de feu et qui disposent également comme les humains de l’illusion du libre arbitre – Djinns en langue arabe ; et celui des anges, faits de lumière et qui se définissent par l’obéissance totale à Dieu condition sine qua non de leur existence). Le Coran est le livre saint qui constitue le sceau des livres révélés ; en cela il constitue explicitement le rappel universel sacré pour tous les croyants et les croyantes depuis Adam (Paix et salut sur lui) jusqu’au dernier homme qui connaîtra notre monde ; le dernier « testament » en quelque sorte.

Ainsi, la pratique du Soufisme (spiritualité intérieure) est indissociable à la pratique de la religion musulmane (religion extérieure) qui en est la base support. Aussi, ton intérêt pour la connaissance du soufisme est lié à une connaissance de la religion musulmane. C’est pourquoi, je te propose la lecture également de quelques ouvrages sur l’Islam. On nomme « Soufi » celui qui est arrivé au terme de son cheminement vers Dieu de son vivant (autant dire qu’ils sont peu nombreux …). Il devient ainsi un Maître spirituel véritable capable d’orienter et de conseiller les autres aspirants « soufis » dans leur propre cheminement vers Dieu car il a acquis ainsi l’expérience de la voie.

Dans ton cheminement et tes rencontres avec d’autres musulmans, tu verras assez rapidement que l’engouement pour le soufisme n’est pas automatique, loin s’en faut. Cet état de fait tient à deux raisons essentielles. La première est qu’il n’est pas donné à tous d’avoir spontanément la sensibilité nécessaire (acuité du coeur) pour apprécier la sagesse et ses fruits spirituels visibles essentiels que sont la compassion et la miséricorde (chafika et rahma en langue arabe) mais ne t’y trompe pas : un croyant sincère est forcément sur la voie … même s’il l’ignore ! toute la sagesse consiste à lui permettre d’ouvrir l’oeil de son coeur.

La seconde raison découle de la première : en effet, celui qui n’a pas cette (rare) sensibilité spontanée et qui n’en a pas non plus la connaissance par les ouvrages des maîtres authentiques, assimile hâtivement la voie spirituelle intérieure (pourtant essentielle) à des formes douteuses d’innovations parce qu’il ne la comprend pas ; souvent, il a été aidé dans ce jugement erroné par une quantité de faux-maîtres spirituels qui profite en terre d’Islam du manque de discernement de braves gens croyants mais qui sont prêts à se laisser abuser par faiblesse, le plus souvent matériellement.

Egalement, je te recommande la lecture d’un ouvrage de René Guénon alias Abdel Wahid Yahia (1886 Blois ;1951 Le Caire) qui pose et développe bien le rôle et le sens de la religion et de la spiritualité dans l’étape actuelle (moderne) de notre monde ; en faisant clairement apparaître le schéma des révélations successives voulues par Dieu. Toutes authentiques et sans contradictions entre elles ; si ce n’est le mauvais usage que – de tous temps – certains hommes aveugles de pouvoir temporel ont essayé et essaie toujours de détourner.

0 thoughts on “Qu’est-ce que le soufisme : introduction

  1. Paix.
    voici un lien sur la realité du soufism.
    faite un copier coller du lien.

    Je conseille a tout mes freres et soeurs de s’accrocher fermement au qour’an et a la sounna,et de revenir au
    savant.Si vous avez des question a me posé je n’dirais pas non.
    http://www.alminhadj.fr/modules/...

  2. le soufisme est une innovation en islam ni le prophete(paix et salut sur lui) ni ces compagnons n’etaient soufis.les soufis se sont devies des enseignements du prophete(salla allah alihi wa salam) .chers freres revenez au quran et la sunna du prophete (paix et salut sur lui).essalam alikoum

  3. Il est évident qu’une porte a été ouverte lorsqu’on propose au gens de donner leur avis sur la chose. Bien souvent ceux qui parlent ne savent rien, le grand djihad c’est contre soi même qui faut le faire. Comme il est facile de lire et de s’instruire, le coeur lui n’en tire aucun profit. Et on se sent musulman lorsqu’on pleure grace à son intellect lors des prières. Si tu es véridique pourquoi ton âme te pousse au Mal et à la trangression des lois divines? Parce-que t’es malade du coeur. En toi s’installe le mal, mais tu ne le vois pas. Tu as lu 2 sourates et 4 hadiths et voila t’es un SAVANT.

  4. je pose une question et je voudrais SVP que l’on me reponde pas avec un torrent d’attaques :

    esque les pratiques soufistes etaient pratiquées par le prophete ? ont elle un indice (kattii iddalala katii ethoubout)
    ya t’il eu des deviences dans la pratique soufiste ?
    pourquoi les differents courants du soufisle s’ignorent t’ils et se traite de dhalela chacun l’autre

    merci pour vos reponses calmes

  5. Un soufi est celui ou celle qui ne possède rien et qui n`est pas non plus possédé par rien.
    Si vous parlez anglais, ct text peut vors faire connaitre un peu le soufisme.
    Sufism
    by Pir Zia

    A talk given at “The Power of Love” conference at Omega Institute, October 14, 2005. Pir Zia is President of the Sufi Order International. The Omega Institute, located in Rhinebeck, New York, offers workshops and retreats and has been a pioneer in exploring, teaching, and embracing new ideas. The Institute also provides a peaceful oasis in a hurried world.

    Introduction to Talk – "Beloved"

    Main Talk – "Sufism"

    We each come from a different background. Perhaps some of you are following a Sufi path in your own life and perhaps others are drawn to the name and wondering what this path of Sufism might be. If you’re in the latter category I thought it might be helpful to begin by saying something about the meaning of the term Sufism. Even if you’re in the first category it might be helpful. Because Sufism, it should be remembered first of all, is a neologism—a newly coined word. And I must say it’s not only a neologism but also a misnomer, a badly coined word, and that is because it contains an “ism” and the “ism” subverts the essential meaning of the word because an “ism” always suggests a closed community, an ideology, a doctrine—and Sufism, in essence, is none of those things. So if we want to truly know what Sufism is it would be helpful to go back to the original word in Arabic which is tasawwuf. It’s not quite as easy to pronounce but it contains a more accurate meaning because it is a verbal noun, and so it refers to a process of becoming. It’s not static, but dynamic. Tasawwuf literally means the process of becoming a Sufi. So from the outset one understands that it is not a club to which you belong or do not belong, it is a transformative experience.

    But then the question is: What is a Sufi? What is the end result of that process? Since the earliest days when this word came into currency – tasawwuf and Sufi – the Sufis have given their answers to the question, what is a Sufi? Each of those answers differs. Each of those answers is a facet of the single reality that is the meaning of being a Sufi. This evening I would like to share with you some of those definitions which are like Arabic koans that help to orient us in a process toward which we can only distantly perceive its goal. I’ve brought with me some of the definitions and I will read them in Arabic and also in translation.

    The first is from a Sufi named Abu’l-Hasan Bushanji:

    “Sufism today is a name without a reality that was once a reality without a name.” That was said back in the eighth or ninth century.

    And this from Ibn al-Jalla:

    “Sufism is an essence, a truth. There is no form, no ritual, no custom in it. It is pure essence.”

    These two sayings go together. Sufism was a reality that has now become a form, has now become a name that is no longer a reality. True Sufism is always a reality that eludes form. It can never be fully embodied in form and takes on all manner of forms, innumerable forms for its expression and manifestation. And yet its whole essence remains secret, hidden, beyond form. The Sufis have always recognized the process whereby a hidden secret is institutionalized, commodified and known to the world as a form while the Sufis themselves, in secret, concealed its essence and carried on. This has happened over the generations. Time after time a transmission has been passed down from person to person from heart to heart without intermediary, always from heart to heart.

    If you think about your family history – you can perhaps identify some oral traditions in your family – family customs and memories. How far can those be traced back? Two or three or four generations? Can you imagine a tradition that has been passed down, without form, but continuously and without interruption, as the primary imperative of the life of each of its carriers, over millennia? That is the formless tradition that is alluded to in these sayings.

    Of course, it’s not to say that Sufis haven’t written books. The very same Sufis who said that it could never be put into words went on to write multi-volume encyclopedias. But at the end of the day, they knew that words fail.

    I am sure you here are all familiar with the eloquence of Mawlana Jalal al-Din Rumi, the great poet. He was a professor in Konya and he used to teach his students with big piles of books stacked up in front of him. One day a seeming madman blew in from the dessert and rather rudely interrupted the class. He came to the front and, pointing at the books, said, “What’s all of this?”

    Rumi couldn’t be bothered by a foolish question like that and said, “You don’t know.” He gestured to him to sit in the back and there Shams, the dervish, sat. Suddenly the pages of the books started to burn. Great flames were leaping from the desk. Rumi jumped up and said, as he looked at Shams, “What is this!”

    Shams replied, “You don’t know.”

    Ultimately, transcendent knowledge can never be encapsulated in words and is always passed down from heart to heart.

    Here is the next definition, from Abu’l-Hasan al-Nuri, a great early Sufi:

    “Sufism is not rituals and forms and is not bodies of knowledge, not doctrines, not ideas, not theories. But it is impeccable manner, the manner of the lover in the presence of the Beloved.”

    That is the very essence of the law. The religious law exists to keep us in check when we are unaware of the presence of the Beloved. When one is in the awesome intimacy of the Beloved, one’s behavior rises to a degree of perfection that is otherwise unattainable. Probably you have all noticed in your own life that you behave according to different standards depending on who you are with. And the one that you most idealize, the one who is most beloved, in the presence of that one, you are on your best behavior. Sufism, then, is living life in that constant presence.

    There was a Sufi murshid (teacher) once in India who said to his students, “Unfortunately the time has come that we have to change our tactics. Until now we’ve just been receiving alms from whomever will spontaneously give, but things have become very difficult and now I will have to ask you to take something surreptitiously. Go out and steal something. The one provision is that you can’t do it when anyone is looking.”

    People came back with all kinds of things: someone had a chicken and someone else brought a purse, and only one of the students came back with empty hands. And the murshid said, “I gave you very clear orders to steal something and you have brought back nothing!”

    The student said, “I had to obey your caveat not to do it when anyone was looking, and God was looking everywhere.”

    This, then, relates to the next definition, which is again from that very great early Sufi, Abu’l-Hasan al-Nuri.

    “The Sufi is one who possesses nothing and is possessed by nothing.”

    In the East you will find fakirs who interpret this very literally. They possess nothing. They are wandering mendicants who own nothing. And there are others who live in palaces in great opulence but are completely detached from the wealth, ready to release it at any moment. They are playing a role in the world. That is the essence of what is meant by not possessing and not being possessed. Possessing means grasping, being addicted, being unable to part from something. The Sufi is addicted, being unable to part with only one thing and that is the One Being who is ever-present and can never be lost or stolen. So one finds that the less one possesses, psychically possesses, the less one is possessed. Because all the things of life, as one collects them, just weigh one down. Of course, there will come a time, whether in this life or in the next when everything, item by item, will have to be released. It can be voluntary or involuntary.

    This lesson was learned by a very great early Sufi whose name was Ibrahim Adham Balkhi. He was the king of Balkh which was a kingdom in Afghanistan. At that time it was a rich, composite culture in Afghanistan which included a strong Buddhist element. I am sure you are familiar with those incredible Buddha monuments that were destroyed by the Taliban regime that were the legacy of that period. And Ibrahim Adham himself was a saint in the footsteps of the Buddha. If you study the Sufi tradition you will find the trace of Buddhism. The Sufis in their Persian poetry speak of the but, the idol, as a manifestation of the divine beloved. And this word but comes from Buddha.

    Like Buddha, Ibrahim Adham was a great king living in opulence. Of course, each of us in this contemporary era live, by comparison to the people of former times, like kings. So in some sense, Ibrahim Adham was a person just like any one of us. But he was the king of the court of a mighty kingdom. And this king was visited by another strange mystic from the dessert. This was Khizr, the green man of the dessert. He blew in, evaded the guards, and made his way into the inner court. Instead of bowing in obeisance as was the protocol, he impudently went up to the throne. The king was deeply offended and said, “What brings you to the court of the great king?”

    And Khizr replied, “Oh, I’m just passing through this caravanserai,” which means motel. You can imagine how angry the king was to hear his palace called a motel.

    He said, “How dare you say that!”

    And Khizr said, “Well, who sat on that throne before you?”

    The king answered, “My father.”

    Khizr said, “And before him?”

    “His father,” said the king.

    “And before him?”

    “His father.”

    And Khizr replied, “And you mean to tell me that this isn’t a motel with people constantly coming and going all the time?”

    Suddenly a revelation came to the king. He realized that all he had invested himself in, his persona of grandeur and wealth and power, was ephemeral; it was trifling in the grand scheme of things. He was just passing through a motel. The words of Khizr went straight into his heart, like a barb. He was compelled to leave his crown and his throne and live as a wandering dervish. For many years he wandered. One time, he came upon a dervish who was complaining about his poverty and the ex-king said, “You must have bought your poverty very cheaply.”

    The dervish said, “Does one buy poverty?”

    Ibrahim Adham said, “I paid all the wealth in the world and still I feel I got a very good deal.”

    Then he became a disciple of Fuzail bin Ayaz who was a highway robber turned Sufi. There at the khanqua, he was made to renounce his false pride. His murshid, his teacher, was very strict with him, and he made him carry out the garbage; this, for a man who was pampered all his life. But Ibrahim Adham took it in stride and carried the garbage. The other students couldn’t bear to see that great noble being subjected to humiliation so they said, “Please, take it easy on him.”

    The murshid said, “Well, alright, we’ll have a test.”

    He sent someone to knock over the garbage while Ibrahim Adham was carrying it. The former king looked at him very sternly and said, “When I was king, I would have never put up with that.”

    This report went back to the murshid and he said, “He’s not ready yet.”

    Some months later, they did it again. This time, Ibrahim Adham just looked at the one who knocked over the garbage. When he heard this report, the murshid said, “He’s still not ready.”

    Then, finally, months later when they again knocked over the garbage, Ibrahim Adham didn’t even look to see who did it. He just picked up the garbage and continued with his chore. His murshid went and embraced him and gave him a very high initiation. He became successor in that order. In fact, that is the order that we are continuing in this line. So he followed in the footsteps of the Buddha who was also a great king who renounced his worldly position to discover an eternal reality.

    Here is another definition of Sufism:

    “The Sufi is the possessor of breaths.”

    The previous definition said the Sufi does not possess anything. This is an exception to the rule. “The Sufi is the possessor of breaths.” “The one who breathes well” is another translation or “The one who is awake to the breath.” You know it is an idea in the East that each person is born on earth with a certain limited number of breaths. Some yogis try to extend their breath, slow down the breath, so they will live much longer. Well, the same principle applies here, but it is not extending the breath in time, but extending the breath beyond time, making each instant, in the awakened breath, eternal. It is through the breath that we attain presence and through the neglect of the breath that we are absent. My grandfather was told by his murshid that in this path of Sufism there is only one sin and one virtue. The sin is the breath that escapes in forgetfulness and the virtue is the breath that is breathed in awareness of the unity of being. It is as simple as that. Just one lesson in Sufism: each breath to be breathed in remembrance of the One Being. It is something very simple, but it is a lifetime study.

    And now another definition from Abu Muhammad Murta’ish:

    “The Sufi is the one whose thought keeps pace with his footstep. The one who is where she stands. The one who is present here with feet firmly planted on the earth. The one in whom body and soul are united in presence, in awareness.”

    To illustrate this I will share a story – this time from my own life. As a child I was living in India and studying breath and movement, the subject of the above definitions. I was studying with a teacher of Tai Chi from Japan. He was teaching me the movements of a particular form. Everyday we would work together. After some months like this, he told me, “You have attained a certain proficiency in this form and it is now time that we invite our friends and have a demonstration of this form.”

    We did this on the roof of the Tibetan National Library in Dharamsala, a very auspicious place to do Tai Chi, and gathered some good friends. He was doing the movement and I was doing the movement. As we were doing so, I suddenly felt a little itch on my neck right at the jugular vein. I very gently deviated from the movements, and brought the fingers down over my neck and then brought them forward. And then I could see there was a black scorpion with its stinger poised to strike. At that moment the consciousness of breath, the consciousness of movement – all that was lost. I dropped the scorpion. But I wondered how did the scorpion get from the ground to my neck? It must have crawled all the way up.

    I just thank meditation for saving my life. I can truly say from that experience that meditation saved my life, that the awareness of breath, the awareness of the soul in the body, something that is inculcated in Tai Chi allowed me to be in a state in which the scorpion felt no animosity. So that has been a profound lesson that has lived with me ever since. And I think it applies to many situations, not only deadly insects, but all kinds of adversity in the world. The greatest protection that is possible is the serenity of the awakened breath.

    Here is another definition—a very wonderful and provocative saying:

    “He is a Sufi whose religion is God.”

    Not Judaism, Christianity, Islam, Buddhism, any ism. The religion itself is just God. God is the religion. A religion is an accommodation in which one can more and more orient to the divine presence as it transpires in the horizon and in oneself. The attainment of a state of mystical realization is one in which one’s religious obligation is directed to that reality. So one follows a religion whose forms are every form. Every revealed tradition is an element of this universal religion which is the divine religion that encompasses all of the human traditions that are reflecting its one light.

    This is the universality of Sufism and the universality of every mystical tradition in its essence. A reality, not a ritual, not a form. The essence is always the reality behind the form. It is always illuminating to recall the words of Shaykh al-Akbar Ibn al-‘Arabi who says, “Beware confining yourself to a particular conception and denying all else, for much good would elude you. Indeed the knowledge of reality would elude you. Be in yourself a substance for all forms, for God is too vast and tremendous to be restricted to one form of belief rather than another.” That is a direct quote from Shaykh al-Akbar Ibn al-‘Arabi from his Fusus al-Hikam and one that speaks in a very relevant and timely way in our time when humanity is struggling to find a common spiritual language that transcends the boundaries of difference. Not merely a globalized market but a globalized spirit.

    Here is another definition. Al-Shibli was a great mad friend of al-Hallaj. When al-Hallaj was sentenced to death and people were throwing stones at him, al-Shibli threw a rose. He used to frequent the asylums of his day. People weren’t sure if he was totally mad or totally sane. He said:

    “A Sufi does not see in the two worlds, in this world and the hereafter, anything with God except God. Nothing in addition to God.”

    In every situation, in every place, at every time, in every relationship, the Sufi keeps coming back to the One and sees the innumerable masks as veils on the face of a single infinite personality, divine being. Not for a single moment does the Sufi imagine that anything could be additional, recognizing immediately, intuitively, that everything is essentially singular in its essence. The Sufi recognizes that this whole manifestation is one phantasmagoria that is the refraction and reflection of a single Light.

    A Sufi teacher was once speaking in this way in a group like this. Afterward he was walking home and someone from the audience followed behind and took a stick and whacked him on the back. He looked back. That person who had whacked him said, “Gotcha! You said it’s all one but when I beat you, you turned to see who it was.” The shaykh just smiled, “Yes. I knew it was all God. I just wanted to see what kind of an ignoramus God would choose to fulfill this act.” It does take the edge off one’s reactions when one knows that God is behind it all. You cannot really hold anything against anyone personally after a certain point.

    And now finally, these words of Shaykh Abu Yazid Bistami:

    “The Sufis are like infants in the bosom of God.”

    To be a Sufi is to be in that state of reliance, assurance, loving resonance, non-individuated consciousness, feeling oneself enclosed in a loving embrace that is eternal and infinite and irrevocable, knowing the essence of reality to be not ambivalent but in truth essentially compassionate, accepting, forgiving, nurturing. Infinite mercy. Eternal compassion. These are no longer theories or wishful thinking but one’s essential experience, incontrovertibly true because one resides in the embrace of the Divine Love. And this is the true meaning of the title of the conference this weekend: “The Power of Love.”

    God bless you.

  6. salam azer
    les freres t ont expliques que le soufisme est une innovation et toute innovation est perdition et toute perdition est dans le feu comme l ‘ a dit notre prophete. ils n ont fait que transmettrent ce que nos savants ont dit. Cela ne vient pas d’euc mais de notre prophete. Est ce que notre prophete dansait??? c est ca leurs religion au soufis. Si tu aimes la danse et l’extase il y a qu’un pas à faire mais ne traite pas les gens qui te disent une verite ne te convenat pas de gens ne connaissant rien, comme tu le prétend au fond de toi meme. Les soufis se rassemblent homme et femmes et dansent tu le savais?????? ils disent des paroles de mecreance, tu le savais??????????

  7. Un soufi , ne dit jamais qu’il est soufi, car sa quete est perssonnelle,eso, et erretait de lanser des idées sans en etre sure, écouter avent de parler;ou mème aprés avoir écouter ne parler pas celà vaut mieu, pour ceux qui n’ont pas la science; la responsabiliyer des parole en Islam est incroyablement grande surtout quand c’est diriger vers des profanes en la matière.soyez prudent et peser vos ecrits car le moment venue vous serait juger.

  8. As salam alaykoum wa ramatoullah,

    Le soufisme est l’ouverture vers le trône du seigneur qui est en nous tous. Notre coeur !

    Je vous recommande de lire l’ouvrage de Faouzi Skali "Le face à face des coeurs" si vous êtes intéressés.

    Si d’autres sont intéressés par la vie du prophète, je recommande aussi un ouvrage de Martin Lings " Le prophète Muhammad, Sa vie d’après les sources les plus anciennes"

    Puisses Dieu vous guider vers sa lumière.

    Ma’salama

  9. Salemou 3alaykom,
    Le soufisme, je croyais que ça n’existait plus et que seules les gens ignorants se mettaient dans ce chemin tout faux. Celui qui veut connaitre ‘el 7a9’ doit sans doute suivre le chemin du prophète (salla allah 3alayhi w sallam) et des pieux prédecesseurs.
    http://www.alminhadj.fr

  10. Mais ce therme soufisme est une abberration qui fait devier un certain nombre de musulmans vers d’autres valées !!! Et c’est seulement les détenteur qui tire profit pour leurs propre compte ! ainssi on elarge de plus en plus les failles qui ravagent la nation musulmane !!! chaqu’un se dit de l’autre; par jugement de ce qu’il voit en apparence ; est erroné et je moi j’ais raison ….
    source samcompte@hotmail.com

  11. Le cœur de Dieu est plus grand que nos petites querelles puériles d’humains ignorants.

    Qui peut prétendre, sur cette terre détenir, la Vérité?

    Ouvrez vos cœurs à l’Amour inconditionnel est le meilleur moyen de s’approcher de ce que l’on nomme "Dieu"

  12. Chers frères, Chères soeurs,
    Assalams wa Ramadane Karim,

    Je suis l’auteur de ce texte d’introduction / présentation du soufisme. Je viens de découvrir et de lire l’ensemble des commentaires.

    Finalement, leur répartition en fonction des avis partagés sur le soufisme ou Taçawwuf (en arabe) est assez fidèle et conforme à ce que le texte annonçait dans la présentation.

    Je vous propose de préciser ici quelques points simples afin de mieux faire comprendre les intentions de l’article :

    1 – "Je ne possède rien et je ne suis possédé par rien" n’est pas la définition du soufisme, c’est un hadith de l’Envoyé d’Allah (saws). cf. contribution de Massoud.

    2 – Quand nous disons que l’Islam est la religion support indispensable du soufisme, nous entendons très clairement que le chemin droit (Sirrat el moustaquim) constitué et bordé par le Coran el Karim d’une part et la Sounna de l’Envoyé d’Allah – saws d’autre part constituent ensemble le champ de la pratique exclusive auquel invite le Taçawwuf véritable : il n’est question de rien d’autre. Le Coran est le livre de la science par excellence "Il contient toute chose et Nous n’y avons rien ommis"(Cor.) ; c’est à dire qu’il contient tous les enseignements visibles et invisibles pour ce monde et pour l’autre. Ainsi, le soufisme ou la spiritualité vécue en pleine conscience de l’Islam devient son noyau ; c’est à dire le cheminement vers la satisfaction d’Allah – Notre créateur à tous – et dont le lieu de rencontre n’est autre que le propre coeur du fidèle conformément aux hadiths Qoudsis (sacrés ou parole de Dieu directement révélé au Prophète – saws) : "L’ensemble des univers que J’ai créé ne peuvent Me contenir, seul le coeur du croyant sincère le peut" et par le Saint Coran – el Karim – : "Dieu est plus près de l’homme que sa veine jugulaire". En conclusion, l’exotérisme (la Grande voie ou la Charia commune à tous les fidèles et fixée par l’observance des 5 piliers essentiellement) et l’ésotérisme (le petit chemin ou Tariqa propre à chaque fidèle et qui correspond pour l’essentiel aux pratiques surérogatoires (nafila) fixées également par le Coran et la Sounna) sont les deux faces d’une même pièce : les comprendre et les pratiquer toutes les deux avec sincérité en vue de la satisfaction divine, c’est cela le cheminement vers la voie ; c’est cela le Taçawwuf ou soufisme. Enfin, c’est celle là la voie qui permet d’espérer par la pratique sincère la rencontre avec Allah conformément au hadith Qoudsi suivant : "Mon serviteur ne cesse de s’approcher de Moi par des oeuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime ; et lorsque Je l’aime, Je suis l’ouïe par laquelle il entend, l’oeil avec lequel il voit et la main avec laquelle il saisit ; et s’il Me demande quelque chose, Je la lui donnerai certainement".

    3 – Enfin, les Pieux et les Maîtres spirituels authentiques qui nous ont précédés en Islam basent tous leurs écrits et leurs expérience de leur relation avec Allah par la pratique du Coran et de la Sounna ; sans aucune exception car si çà n’est pas le cas, vous aurez sûrement affaire à un imposteur s’il se prétend "soufi" ou "aspirant à la voie soufie" (par ses écrits et/ou de visu); ainsi que les sages véritables de toutes les traditions révélées authentiquement par Allah depuis Adam – saws – car conformément au hadith de l’Envoyé d’Allah – saws – : "La sagesse est la chamelle du croyant : partout où elle broute, c’est ton droit !" – Au titre des Maîtres essentiels et sûrs qui ont laissés des écrits profitables, nous pouvons citer : Mouhiddine Ibn El Arabi (appelé el cheikh el Akbar) : "Soufis d’andalousie" ou "Le Livre des Châtons de la sagesse" ou "Les illuminations mecquoises" / le Cheikh Abd el Qadir Jilani fondateur de la Qadirriya : "Enseignements soufis" ou "le secret des secrets" / L’imam Ghazali : "Lettre au disciple" ou "Revivifications des sciences de la religion" / Jalaloudine Rûmi : "Le Mesnewi" ou "Le livre du dedans" / L’émir Abdel Qadir l’Algérien : "poèmes métaphysiques" ou "le livre des Haltes" / le cheikh Ahmad el Alawi de Mostaganem : "La Voie du Taçawwuf" ou "Lettre ouverte à ceux qui critique le soufisme" / Il y en a bien d’autres et les chaînes initiatiques remontent toutes sans discontinuer de Maître en Maître jusqu’à l’Envoyé d’Allah – saws – et certains parmi ses illustres compagnons avec en particulier Abou Bakr Es Siddiq (le premier calife bien guidé) et Ali Abou Taleb (Gendre et cousin du Prophète et quatrième et dernier calife bien guidé de l’histoire connue à ce jour – dans l’attente du Mahdi encore à venir). Enfin, nous ajoutons ici qu’il s’agit dans tous nos propos que de l’Islam sunnite et si certains apports venant du Chiisme peuvent être éligibles par nous, il faut avant tout qu’ils satisfassent les critéères et les données sunnites comme préalable sans contradiction. Mais le coeur bien dirigé / orienté vers Allah saura discerner avec l’aide de Dieu.

    4- enfin, l’histoire rapportée en anglais par Massoud dans le forum est différente et incomplète par rapport à celle rapportée par la plus grande spécialiste de Jalaloudine Rûmi, la savante musulmane Eva de Vitray-Meyerovitch : en effet, le derviche (à l’allure pauvre) n’a pas mis le feu au livre de Rûmi mais l’a jeté dans le bassin aux ablutions suite à la réponse que Rûmi lui a faite : "Il s’agit d’un traité sur la science discursive. Tu ne peux pas le comprendre". Ensuite, le derviche l’a sorti de l’eau et l’a rendu intact à Jalaloudine suite à sa réprimande verbale qui voyait son ouvrage se décomposer dans l’eau. Devant l’étonnement et la stupeur de Rûmi, "Mais qu’est ce que cela ?" le derviche lui a répondu : " Il s’agit de la science du coeur. Tu ne peux pas la comprendre". Le derviche s’appelait Shamsouddine et il est devenu le Maître spirituel de Rûmi pendant 7 ans avant de disparaître à jamais.

    Bons éclaircissements et bons profits en ce mois béni de Ramadane Moubarak.

    Et comme dit également Thierry dans le forum : Et Allah est plus Savant !

    Salutations fraternelles,

    Dabeldi

  13. salam wa aleykoum,
    pourquoi tant de colère et de hargne??
    L’Islam a deux dimensions, une extérieure et une intérieure : le rite est un moyen de se raccrocher au Seigneur, de communier avec Lui, etc… Les bonnes actions sont un moyen de se rapprocher de Lui, de Lui plaire, etc…Et c’est tout…
    La science de l’Islam est plus simple et plus profonde que ça : connais-toi toi-même et tu connaitras Dieu. Les savants sont autant ceux qui connaissent la Charia sur le bout des doigts que tous ceux qui voient au-delà des apparences…Il est certes primordial de respecter la Sunna mais il est aussi primordial d’en comprendre le sens. Ce n’est pas la multiplication des actes qui font la valeur d’une personne mais c’est un mélange d’intention, de compréhension, d’application et de rigueur. Tout n’est pas à l’extérieur (rituels) et tout n’est pas à l’intérieur (spiritualité), c’est un mélange des deux. Pour les "écoles", les "sectes", quels que soient le nom qu’on leur donne : dans chaque il y a des éléments à prendre et d’autre à laisser. Le soufisme ne se résume pas à la danse, il transmet aussi des éléments intéressants. Il faut savoir couper le cordon et prendre son indépendance : construire sa propre relation avec Dieu, à l’appui de Sa Parole et Son Prophète (sbDl). Le sens de la communauté c’est l’entraide, la solidarité : ça ne veut pas dire qu’on fait tous pareil mais plutôt qu’on regarde tous dans la même direction. (quand on montre la lune à l’imbécile, il regarde le doigt). En même temps que Dieu nous invite à l’effort physique (rituel) il nous invite à l’effort intellectuel : pas uniquement la science des textes mais la méditation, la réflexion intérieure… Il y a un équilibre dans chaque chose, rien n’est absolument bon ou mauvais. Le Seul Absolu c’est Dieu. dans tout le reste (tout ce qui n’est pas Dieu) il faut savoir faire la part des choses entre le fond et la forme, le bon et le mauvais. Rien n’est absolument bon ou absolument mauvais. JE VOUS RECOMMANDE LA MEDITATION (voir Ghazali _le livre de la méditation_Editions AL-BOURAQ, par exemple) ET LA RECHERCHE DE LA QUALITE DANS LE COEUR COMME DANS LES ACTES. JE VOUS RECOMMANDE LA MORALE, LE RESPECT D’AUTRUI, LE RESPECT DES NON-MUSULMANS, L’ETUDE DE LA LANGUE ARABE ET AUSSI LA REPRISE DES ETUDES EN GENERAL (c’est utile aussi pour apprendre à réfléchir plus en profondeur).
    JE VOUS SOUHAITE A TOUS ET A TOUTES UN RAMADAN SEREIN ET PACIFIQUE…QUE DIEU NOUS PARDONNE NOS ERREURS ET NOS PECHES ET QUE DIEU NOUS GUIDE SUR LA VOIE QU’IL AGREE. QUE DIEU AMELIORE EN BIEN TOUT CE QUI NOUS CONCERNE DANS CETTE VIE ET DANS L’AUTRE. QUE DIEU RAFERMISSE NOS COEURS DANS SA RELIGION. QUE DIEU ACCORDE SES FAVEURS ET SES BENEDICTIONS A MOHAMED (SBDL) ET A SA FAMILLE COMME IL L’A FAIT POUR ABRAHAM ET SA FAMILLE.
    RAMADANE MABROUK.

  14. salam 3alaykoum
    il y a 73 directions (minhej) diferent de l’Islam.
    72 sons des sectes bid3a ect…
    le soufisme est l’une d’entre elles.
    Le musulmans de la souna pratique et adore Allah
    comme le prophete mohamad (saws)la fait.
    IL faux suivre les prédécesseurs (salaf salihine)
    dans les 4 grandes ecole de l’islam.
    1 mouslim 2 bourari 3 chafihi 4 hanbali
    ma’salama

  15. grand merci à tous ceux qui ont participé avec sagesse à ce forum.Sachons raison gardée et ne condamnons point les pratiques d’autrui.quoiqu’on puisse dire le soufisme est indissociable de l’islam.Je conseille aux detracteurs d’aller jeter un coup d’oeil sur l’oeuvre de CHEIKH AHMADOU BAMBA intitulé Mazaalikoul Jnaane ou Jazbul Khoulob.WA SALAM

  16. Comme le dit FRED il y a plusieurs branches (sectes) dans l’islam., de la même façon qu’il y en a dans la chretienté alors qu ‘il n’y a qu’un seul LIVRE DE DIEU, suivi d’un RAPPEL qui confirme le PREMIER (s. 20/99 ) il raconte les histoires du temps passé (contenu dans la BIBLE) (s 20;99) exemple : l’histoire de Joseph (s 12:3,4) dont nous avons le récit complet dans la bible en genèse à partir du chapitre 37. Le Coran a été écrit à cause de la désunion ou désaccord entre juifs, chrétiens et Mahomet. S 16:64 – Il a été écrit en langue arabe pour avertir les injustes du monde arabe . S 16:64. ( qui ne connaissaient ni l’hébreu,ni le grec, ni le latin) Etant donné que le Coran confirme dans plusieurs passages que la BIBLE EST VRAIMENT LA PAROLE DE DIEU, la BIBLE garde toute sa valeur de la genèse à la révélation, c’est à dire dans son entier. SON MESSAGE EST CELUI QUE DIEU DESIRE TRANSMETTRE A TOUS LES HUMAINS DE LA TERRE. Le Coran renvoie le lecteur à la SOURCE, s 10:94 – le Coran protège la véracité de la Bible : s 5:46, 47, 48 – s 5:66, 68 – Le Coran dit qu’il faut croire à tous les prophètes : s4:150, 152 – s 10:37 -sourate 10:94 souligne que si quelqu’un est dans le doute, qu’il intérroge ceux qui ont lu le LIVRE REVELE avant toi.Ceci sous entend qu’il n’est pas interdit de lire la BIBLE et de la COMPRENDRE .
    De plus dans la sourate 42: 13 et 15 il est dit que le culte fut établi par DIEU dans la BIBLE à Noé, Abraham, Moise et Jésus.Il faut croire à TOUS les livres révélés par DIEU .(pourquoi changerait-il ses critères en matière de culte, alors qu’il a condamné son peuple mainte fois, parce qu’il dérogeait à ses normes? De plus Jésus est venu sur la terre pour rétablir le culte pur, qu’il a enseigné à ses premiers disciples. TOUT CECI est contenu dans la BIBLE.Les "chrétiens" à l’époque de Mahomet ont violé les lois de DIEU en versant le sang et en enseignants des doctrines tirées de cultes païens telle que la trinité. Mais DIEU AVAIT ANNONCER QU’ AU TEMPS DE LA FIN LE VRAI CULTE SERAI RETABLI : Esaie :2 :2 "Et il adviendra sans faute, dans la PERIODE FINALE DES JOURS, que la montagne (le culte de DIEU) de la maison de DIEU se trouvera SOLIDEMENT ETABLIE au dessus du sommet DES montagnes (les autres cultes)et elle sera élevée au dessus des collines et vers ELLE (le vrai culte) , devront affluer TOUTES LES NATIONS.
    Le temple de Salomon à été construit sur le mont SION à Jérusalem, aujourd’hui une mosquée à été construite sur cette montagne qui est un lieu de culte.
    S 3: 113 , 114 " Il existe parmi les gens du LIVRE, une communauté droite …soumise à DIEU qui croit en un seul DIEU, au jour dernier, qui ordonne ce qui est convenable, qui interdit ce qui est blâmable, qui s’empresse à faire le bien. Voilà , ceux qui sont au nombre des justes. Il existe aujourd’hui sur la terre une communauté qui se dépense sans compter pour apporter à tous les humains qui souffrent une espérance véritable contenue dans la PAROLE DE DIEU et qui se trouve écrite en psaume 37: 9, 10 " Car les malfaiteurs seront retranchés. Mais ce sont ceux qui espèrent en DIEU qui possèderont la TERRE.
    11: "Mais les humbles possèderont la TERRE.
    actes 10: 34, 35 ajoute " Alors Pierre ouvrit la bouche et dit: En vérité, je me rends compte que DIEU n’est pas PARTIAL, mais qu’en TOUTE NATION l’homme qui le craint et pratique la justice lui est agréable.
    Quel DIEU merveilleux n’est ce pas! Pour lui il n’y a pas de différences entre les humains. Pour lui les frontières n’existent pas. Il est un DIEU d’amour et de miséricorde. Les religions qui divisent les hommes , qui les poussent à se faire la guerre ne sont pas du coté de DIEU, car Lui-même s’exprime ainsi en genèse 9 : 5, 6 : " Votre sang de vos âmes, je le redemanderai. Je le redemanderai de la main de toute créature vivante; et je redemanderai l’âme (vie) de l’homme de la main de l’homme, de la main de chaque homme qui est son frère.
    Quiconque verse le sang de l’homme, par l’homme son propre sang sera versé, car à L’IMAGE DE DIEU IL A FAIT L’HOMME.
    Bien que ce commandement à été donné à NOE à la sortie de l’arche, il est toujours en vigueur aujourd’hui, car DIEU NE CHANGE PAS.Dans les 10 commandements donnés à Moise DIEU répète : "tu ne tueras pas " A ses disciples, Jésus à enseigné la loi de son Créateur :en Matthieu 26 : 52 :"…car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée."
    Le vrai croyant est PACIFIQUE avec tous les humains de la terre. Dieu est le SEUL JUGE , c’est lui seul qui est capable de lire dans les coeurs pour savoir qui mérite la vie ou non et qui mérite le paradis ou pas. AUCUN hommes n’a le droit de prendre la place de DIEU pour juger et condamner un autre hommes sur le culte qu’il voue à DIEU.
    DIEU a donné le LIBRE ARBITRE à Adam et Eve, nous avons hérité de ce libre arbitre, aucun homme n’a le droit de nous l’enlever, car ce droit appartient à DIEU.Il a donné SES LIVRES POUR QUE TOUS LES HUMAINS PUISSENT LES CONNAITRE ET LES SUIVRE S’ILS LE DESIRENT. MOISE a parlé au nom de DIEU au peuple en Deutéronome 30: 15 " Voici , je mets aujourd’hui, devant toi la vie et le bon, et la mort et le mauvais." – 19 : " Je prends aujourd’hui à témoin contre vous les cieux et la terre, que j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction".CHOISI.

    Dans le paradis sur terre (Esaie 65: 17 et 20 à25), il n’y aura qu’un SEUL CULTE , "unis dans la même pensée " 1 corinthiens 1 :10. Ephésiens 4: 4; 5; 6 "il ya un seul corps et un seul esprit, de même que vous avez été appelé dans une seule espérance,un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un SEUL DIEU. Pour cela il faut un SEUL ENSEIGNEMENT POUR QU’IL N’Y EST PAS DE DIVISION.

  17. je réponds a la personne qui dit que le soufisme est un égarment alors qu’il ne connait méme pas la signification du soufisme autrement il aurait su que le messager lui méme etait un soufis et tous les prophéte le sont tous les saints car les prophétes sont des saints la sainteté ont l’atteint par la science et la pratique des obligations et des adoration surrérogatoire en plus des obligation et le détachement de ce bas monde et le dikhr je dis que les prophétes sont des saints pour bien distinguer la différence entre la sainteté et le satut de prophéte le messager etait un saint par sa crainte et il avait en plus le statut de prophéte qui est par rapport a son message sa révélation tous homme musulman peut arriver a la sainteté par la voie que j’ai cité mais le statut de prophéte ne s’aquier pas c’est allah qui choisi ses messagers et je répond a la personne qui dit que le soufisme est un égarement que le prophéte a désigner abou bakr asseddik comme étant le plus grand saint et soufis de tous les temps il a clairement désigné comme soufy il était méme appelr avec le compagnon aliyy l’imam des soufis le prophéte jésus issa etait connu pour pratiquer le souffisme tellement il se detachait de ce bas monde

  18. Un emblème de la sainteté et des soufis véridiques :

    le Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy

    Le Messager de Allah a dit dans un hadith qoudsiyy, c’est-à-dire un hadith dans lequel le Prophète commence par « Allah dit », que celui qui prend pour ennemi un des saints, un des waliyy de Allah, Allah ta^ala lui fait savoir qu’il va à sa perte et que la meilleure chose par laquelle on se rapproche de l’agrément de Allah, c’est l’obligation. Ensuite, si l’esclave qui est pieux rajoute à cela pour se rapprocher de l’agrément de Allah et augmente en actes surérogatoires, Allah ta^ala le met au nombre des ‘awliya’, au nombre des saints, parmi ceux que Allah ta^ala aime. S’il parvient à la sainteté, Allah ta^ala lui donne des secrets et une force qui lui est particulière dans son ouïe, sa vue, ses jambes et sa main.

    Ainsi, les saints, les ‘awliya’ de Allah ont pour caractéristiques d’être des gens qui ont suivi la droiture par obéissance à Allah ta^ala. Ils ont donc accompli les devoirs, ils ont évité les interdits et ils ont multiplié leurs actes surérogatoires d’obéissance. Ceux-là les saints ce sont eux que Allah ta^ala aime, que Allah ta^ala honore dans le bas-monde et dans l’au-delà. Parmi les honneurs qu’Il leur accorde dans ce bas-monde, Allah ^azza wa jall fait apparaître sur leurs mains les karamah, les prodiges. Les prodiges sont des choses extraordinaires qui apparaissent sur les mains des saints, parce qu’ils se sont astreints à la rectitude, à la droiture par obéissance à Allah leur Créateur, Celui à Qui ils appartiennent.

    Allah ta^ala les appuie ainsi par Ses prodiges pour que leur foi se renforce, Il apaise leur crainte. Ainsi les prodiges se distinguent de la magie et du charlatanisme. La preuve concernant la confirmation des prodiges pour les saints, c’est ce qui est parvenu dans le Qour’an honoré, à savoir Sa parole ta^ala concernant un des saints qui vivait à l’époque de notre Maître Soulayman, que Allah l’honore davantage, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. C’était un saint qui a dit à notre maître Soulayman : « Moi, je peux te ramener son trône – le trône de Balqis, cette reine qui adorait le soleil, elle et son peuple vivant au Yémen alors que notre maître Soulayman était au Cham – avant même que tu ne clignes de l’œil. Ceci eut lieu et c’était par prodige.

    Le Prophète, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, dans ce qu’a rapporté At-Tirmidhiyy, ainsi que d’autres, a dit ce qui signifie : « Craignez donc ce qui arrive au saint pour qui Allah dévoile certaines choses parce que certes, Allah donne une force dans son regard. »

    Il a été confirmé dans une chaîne de transmission sûre que ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, avait interpellé et appelé le chef de l’armée qui était à Nahawand, une région qui se trouve en Perse. Notre maître ^Oumar était sur son minbar à Médine. Entre eux deux il y avait une grande distance. Il avait interpellé son chef d’armée, c’était Sariyah Ibnou Zanin. Il lui a dit : (Ya Sariyata l-jabalou l-jabal) ce qui signifie : « Ô Sariyah, la montagne, la montagne ». Sariyah qui était très loin de ^Oumar avait entendu ce que ^Oumar lui avait dit alors que ^Oumar donnait son discours à Médine.

    Ce hadith a été rapporté par Al-Bayhaqiyy, Al-Hafidh Al-Dimyatiyy lui a consacré un écrit, As-Souyoutiyy ayant jugé sûr ce hadith en étant d’accord avec lui. At-Tabaraniyy a rapporté dans Al-‘Awsat d’après ‘Anas que le Prophète a dit dans un hadith que sur terre, il y a toujours quarante personnes qui ont un degré élevé et sont des saints. C’est grâce à eux que Allah nous accorde la pluie et c’est grâce à eux que Allah nous accorde la victoire. Chaque fois que l’un d’eux meurt, Allah le remplace par un autre. Le hafidh Al-Haytamiyy a dit que sa chaîne de transmission est bonne.

    Croire en l’existence des saints, aux ‘awliya’ de Allah et à leurs prodiges fait partie de la croyance des gens de Ahlou s-Sounnah wa l-Jama^ah.

    Que l’on soit donc en garde après cela contre ceux qui renient les prodiges des saints, contre ces gens perturbateurs qui sont payés par les mouchabbihah, ceux qui assimilent Allah à Ses créatures et qui attribuent à Allah le corps, les moujassimah, ceux-là même qui renient le tawassoul, ceux qui ont assimilé Allah ta^ala à Ses créatures et qui ont interdit le tawassoul, c’est-à-dire l’invocation de Allah par le degré des prophètes, des saints et des vertueux.

    Ainsi donc, la terre ne manque jamais de saints, de ‘awliya’ de Allah ta^ala qui sont toujours sur la vérité et à qui les contradicteurs ne peuvent pas nuire, jusqu’à ce que vienne le jour du jugement.

    Parmi ces saints dont la renommée fut grande dans les horizons et dont les esclaves ont bénéficié, il y a le maître, l’honorable, le guide de l’Islam, celui qui a embrassé la main du Messager bien après sa mort, le noble descendant et l’honoré, notre maître et notre soutien, le maître ‘Ahmad Al-Kabir Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée, le fils du maître, le Sultan ^Aliyy Abou l-Haçan, celui qui a été enterré à Bagdad, et dont la lignée remonte jusqu’à notre maître ^Aliyy, celui qui a fondé la Tariqah Rifa^iyyah. Il s’agit là de l’une des tourouq, l’une des voies soufies que les grands saints tels que Al-Jaylaniyy, An-Naqchabandiyy et d’autres, que Allah les agrée, ont fondées. Les tariqah, ces voies soufies comptent parmi les bonnes innovations. Même si certaines personnes qui s’en réclament en ont dévié, cela ne porte nullement atteinte au fondement des voies soufies. Toutes les voies soufies sont fondées sur ce qui est en accord avec le Qour’an et le hadith. Il n’y a dès lors aucune considération à accorder à ceux qui renient le tawassoul lorsqu’ils mettent en cause les voies soufies véridiques. Ainsi, ces gens qui renient le tawassoul, les mouchabbihah, les wahhabiyyah, lorsqu’ils blâment les soufis, ceci prouve leur ignorance parce que le soufi, pour celui qui le connaît, c’est celui qui œuvre conformément au Livre et à la Sounnah. C’est celui qui accomplit les obligations, qui évite les interdits et qui délaisse le luxe, le confort dans sa nourriture, ses vêtements et ce qui est du même ordre. C’était là la caractéristique véritable des califes bien-guidés, nos maîtres Abou Bakr, ^Oumar, ^Outhman et ^Aliyy.

    C’est pour cela que Abou Nou^aym a composé un livre qu’il appelle Hilyatou l-‘Awliya’ par lequel il a voulu mettre en évidence la différence entre les soufis véridiques et les autres, tant il y a eu de gens à son époque qui portaient atteinte au soufisme et tant il y avait de gens qui prétendaient être soufis alors qu’eux-mêmes en réalité contredisaient le soufisme. Il a donc commencé son livre en évoquant les quatre califes.

    Que ceux qui renient le tawassoul sachent qu’ils sont des gens qui dépassent leurs limites en jugeant ainsi les soufis, qu’eux-mêmes ont contredit l’Imam Ahmad auquel ils prétendent se référer à tort. Parce que l’Imam Ahmad disait à Abou Hamzah le Soufi : « Que disais-tu, Ô Soufi ? » c’est-à-dire qu’il l’appelait ainsi : « soufi ».

    L’Imam Ahmad dans son Mousnad a dit : « Mouça Ibnou Khalaf nous a rapporté, lui qui compte parmi les ‘abdal. » Les ‘abdal sont ces quarante saints présents dans chaque époque. Lorsque l’un d’eux meurt, Allah le remplace par un autre. L’Imam Ahmad a donc reconnu dans son livre le statut de badal à cet homme.

    Ces wahhabites ont également contredit leur leader qui est Ibnou Taymiyah Al-Harraniyy lorsqu’il a dit dans son livre Charhou Hadithi n-Nouzoul : (Al-Jounayd sayyidou s-soufiyyah, ‘imamou l-houda) ce qui signifie : « Al-Jounayd est le maître des Soufis, un Imam de bonne guidée ». C’est donc Ibnou Taymiyah lui-même qui le dit et eux le contredisent. Qu’ils sachent donc que la réalité du soufisme est de suivre la Loi de l’Islam, d’appliquer la Loi, d’œuvrer conformément au Livre et à la Sounnah, de combattre ses passions et de combattre son âme et ses désirs.

    Ainsi, Al-Jounayd Al-Baghdadiyy, que Allah l’agrée, a dit ce qui signifie : « Le soufisme, c’est la purification de son action, de son comportement pour Allah ta^ala ». Notre maître Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée, a dit ce qui signifie : « Le soufi, c’est celui qui a appris la science de la jurisprudence et la science de la religion et qui œuvre conformément à ce qu’il a appris ».

    L’Imam Abou l-Qaçim ^Abdou l-Karim Ar-Rafi^iyy, l’Imam des Chafi^iyy qui est très connu pour sa science étendue, son ascétisme et son honneur, que Allah ta^ala lui fasse miséricorde, a dit dans son livre pour faire l’éloge du Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée, il a dit : « Le Chaykh, l’Imam Abou Chouja^ Ach-Chafi^iyy m’a rapporté parmi les choses qu’il m’a rapportées, il a dit : le maître Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée, était un grand savant. Il était tel une montagne dans la science. C’était un savant noble et glorieux. Il était mouhaddith, traditionniste, il était faqih, spécialiste de la jurisprudence. Il était moufassir, spécialiste de l’exégèse. Il avait des chaînes de transmission nombreuses qui remontaient haut. Il avait des maîtrises, des attestations de savants de haut degré. C’était un spécialiste de la récitation. Il était hafidh, spécialiste de la mémorisation des hadith. Il était quelqu’un qui argumentait et qui avait un grand degré dans la religion. Il était facile et modeste vis à vis des musulmans et il était dur vis-à-vis des égarés. Il était facile, doux, souriant, il avait un excellent comportement, son discours était doux. Celui qui reste avec lui ne s’ennuie pas et ne quitte pas son assemblée si ce n’est pour accomplir un acte d’adoration. Il supportait le mal. Il tenait sa promesse s’il la donnait. Il faisait preuve de patience vis à vis des difficultés. Il était généreux sans exagération. Il était modeste sans humiliation. Il étouffait sa colère sans faire preuve d’animosité. C’était celui de son époque qui avait le plus de connaissance du livre de Allah et de la Sounnah, la Tradition de Son Messager . Il était celui qui œuvrait le plus conformément à cela. C’était un de ceux qui défendait la religion. Il avait hérité du comportement de son ancêtre le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam ».

    Ar-Rafi^iyy avait dit également : « Notre Chaykh, le Chaykh ^Oumar nous a rapporté du Chaykh Badr Al-‘Ansariyy d’après le Chaykh, l’Imam Mansour Al-Bata’ihiyy Ar-Rabbaniyy (c’est-à-dire qu’il s’agit là de l’oncle maternel de notre maître ‘Ahmad Ar-Rifa^iyy), il a dit : « J’ai vu le Prophète , avant la naissance du fils de ma sœur, le maître Ahmad Ar-Rifa^iyy, quarante jours avant sa naissance dans le rêve. Il m’a dit ce qui signifie : « Ô Mansour, je t’annonce la bonne nouvelle que Allah accorde à ta sœur après quarante jours un fils qui s’appellera Ahmad Ar-Rifa^iyy. Tout comme je suis le meilleur des Prophètes, il sera le meilleur des saints [de son époque]. Il a dit ce qui signifie : « Lorsqu’il aura grandi, emmène-le chez le Chaykh, celui qui est spécialiste de la récitation Al-Wasitiyy. Il s’appelle ^Aliyy Talib Al-Wasitiyy. Donne-le lui pour qu’il l’éduque parce que cet homme a un grand degré selon le jugement de Allah. Prends soin de lui ». Son oncle maternel poursuit et dit : « L’ordre est votre ordre, Ô Messager de Allah, ^alayka s-salatou wa s-salam ». Cela eut lieu comme le Messager de Allah , l’avait cité.

    Abou l-Qaçim Ar-Rafi^iyy, que Allah lui fasse miséricorde, a dit ce qui suit : « Le Chaykh, Abou Mouhammad nous a appris que le Chaykh Rabi^ Al-Maqdiciyy lui a dit : « J’ai assisté à une assemblée d’exhortation du maître Ahmad Ar-Rifa^iyy dans son village ‘Oummou ^Oubaydah et je l’ai entendu dire des paroles surprenantes qui étonnent les esprits. Parmi ce que j’ai entendu, j’ai entendu cette parole, il a dit : « Eh maîtres, celui qui aime Allah, il enseigne lui-même la modestie. Il coupe tous les liens de son âme avec le bas-monde. Il préfère l’agrément de Allah ta^ala dans toutes les situations et il s’occupe par Son évocation. Il ne laisse à son âme aucun désir pour autre que Allah ta^ala. Il accomplit Son adoration en étant sincère dans son for intérieur et fait preuve de modestie pour Allah, même s’il a des richesses dans ce bas-monde ».

    Ar-Rafi^iyy a dit également : « Le faqih, le spécialiste de la jurisprudence, le grand savant, le vertueux Abou Zakariyya Yahya le fils du Chaykh le vertueux Youçouf Al-^Asqalaniyy le Hanbaliyy m’a dit : « J’étais à ‘Oummou ^Oubaydah en visite chez notre maître Ahmad Ar-Rifa^iyy dans le lieu où les gens viennent le visiter. Autour de lui, il y avait des visiteurs, plus de cent mille personnes. Parmi eux, il y avait des princes, des savants, des chaykh et des gens du commun. Il avait été accueillant avec eux en leur accordant la nourriture, en les honorant et en étant souriant avec eux, chacun selon son état. Il s’asseyait sur la chaise (pour exhorter les gens) après la prière de adh-dhouhr et les gens étaient en cercle autour de lui. Il s’asseyait donc sur cette chaise le jeudi après adh-dhouhr et dans assemblée qu’il avait exhortée, il y avait un groupe nombreux de savants de l’Irak et de dignitaires du peuple. C’est alors que des gens lui avaient posé des questions dans la science de l’exégèse. D’autres l’avaient interrogé dans la science du hadith. D’autres l’avaient interrogé dans la science de la jurisprudence, d’autres dans ce qui est sujet à divergence. D’autres lui avaient posé des questions dans les fondements de la croyance. D’autres lui avaient posé des questions dans d’autres sciences. Il avait répondu à deux cents questions de différentes sciences et son état n’avait pas changé. Lorsqu’il répondait, il ne paraissait sur lui aucun des signes de la difficulté. Alors je n’ai pu me contenir envers ceux qui lui posaient les questions. Je me suis levé et je leur ai dit : « Cela ne vous suffit pas ? Par Allah, si vous lui aviez posé une question sur toute science qui a été conservée, il vous aurait répondu, par la volonté de Allah, sans difficulté ».

    Alors, le maître Ar-Rifa^iyy a souri et a dit : « Laissez-lez, ô Abou Zakariyya, qu’ils m’interrogent avant de me perdre parce que le bas-monde va à sa fin et Allah est Celui Qui fait changer les états ». C’est alors que les gens se sont mis à pleurer et il y avait eu un désordre dans l’assemblée et le bruit s’était élevé. Dans cette assemblée, cinq personnes étaient mortes. Parmi les Sabéens, les chrétiens et les juifs, il y avait huit mille personnes ou plus qui étaient rentrées dans l’Islam. Quarante mille personnes s’étaient repenties.

    Ar-Rafi^iyy a dit également : « Le Chaykh, digne de confiance, Abou Mouça Al-Haddadiyy m’a dit : « Le Chaykh Abou Mouhammad Jamalou d-Din Al-Khatib m’a appris qu’une fille dans le village de Al-Haddadiyyah s’appelait Fatimah. Sa mère ne pouvait avoir d’enfants et elle avait fait un vœu que si Allah lui accordait un garçon, elle le mettrait tant qu’il serait vivant au service de ceux qui viennent à ce village Al-Haddadiyah pour faire partie des élèves de notre maître Ahmad. Après une courte période, par la prédestination de Allah, elle est tombée enceinte. Lorsqu’elle a mis au monde, elle a eu une fille qui était bossue. Lorsqu’elle grandit un peu et que vint le temps de marcher, cette fille s’est avérée être boiteuse puis ses cheveux sont tombés à cause d’une maladie. Un jour, alors que le maître Ahmad Al-Kabir, que Allah l’agrée, était venu à Al-Haddadiyah et que les gens de ce village l’accueillaient, la boîteuse, Al-^Arja’ Fatimah était parmi les gens avec les femmes et les filles de Al-Haddadiyah. Les filles de Al-Haddadiyah se moquaient d’elle. Lorsque notre maître Ahmad vint, elle lui dit : « Ô, mon maître. Tu es mon Chaykh et le Chaykh de ma mère et tu es mon renfort. Je me plains à toi de l’état dans lequel je suis. Peut-être Allah, par ta barakah (ta bénédiction), par la bénédiction de ta sainteté et par ton lien de parenté avec le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, puisse Allah me guérir de ce que j’ai, parce que je suis fatiguée des moqueries des filles de Al-Haddadiyah ».

    Alors la tendresse prit notre maître Ar-Rifa^iyy et il pleura pour elle par miséricorde pour son état. Puis il l’appela. Il lui dit : « Viens, rapproche-toi de moi ». Elle se rapprocha de lui et il passa sa main honorée, sans que ce soit par contact direct, sur sa tête, sur son dos, sur ses jambes. Par la volonté de Allah, ses cheveux poussèrent, sa bosse disparut et ses jambes devinrent droites, tout son état s’améliora.

    Ar-Rafi^iyy a dit encore : « Notre Chaykh, l’Imam le guide, Abou Faraj ^Oumar Al-Wasitiyy m’a appris que notre maître et notre Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy voyagea pour le pèlerinage en l’an 555. Lorsqu’il arriva à Médine et qu’il eût l’honneur de visiter son grand-père, son ancêtre ^alayhi s-salatou wa s-salam, il se tint face à la chambre honorée, à la maison honorée du Prophète . Nous nous tenions derrière son dos. Il dit alors : « As-salamou ^alayka ya Jaddi » ce qui signifie : « Le salam soit sur toi, ô mon grand-père ».

    Alors le Prophète, ^alayhi s-salatou wa s-salam, lui a dit : « Wa ^alayka s-salam ya waladi » ce qui signifie : « A toi le salam, ô mon enfant ».

    Alors le maître Ar-Rifa^iyy entra dans un état d’extase et il se mit à dire de la poésie : ce qui signifie : « Lors de mon éloignement j’envoyais mon âme embrasser la terre à ma place et voilà que mon corps est venu. Tends-moi donc ta main droite pour que mes lèvres puissent l’embrasser ».

    C’est alors que le Messager de Allah tendit sa main honorée de sa Tombe honorée. Le maître Ar-Rifa^iyy l’embrassa au milieu d’un grand groupe de gens, environ quatre-vingt dix mille hommes. Les gens voyaient la main du Prophète et ils ont entendu ses paroles. Parmi ceux qui avaient assisté à cela, il y avait le Chaykh Hayat Ibnou l-Qays Al-Harraniyy et le Chaykh ^Abdou l-Qadir Al-Jili et le Chaykh ^Oudayy Ach-Chami. Ils ont vu cela et d’autres qu’eux, que Allah les agrée tous.

    Parmi les mérites de cette voie, la voie de notre maître Ar-Rifa^iyy, la tariqah rifa^iyyah, il y a l’incitation à avoir un comportement honorable. Les Chaykh de cette tariqah ont été réputés par un surcroît de modestie par rapport à d’autres tourouq. C’est le cas du Chaykh de cette tariqah, l’Imam Ar-Rifa^iyy qui faisait preuve de beaucoup de modestie.

    Les Rifa^iyy, celui qui les a connus les a connus. Celui qui ne les connaît pas, qu’il vérifie les livres de l’Imam Ar-Rifa^iyy et la biographie de ses successeurs, parce que ce sont des gens de science et de religion.

    Que Allah nous accorde un profit par eux.

    Parmi les paroles que le maître Ar-Rifa^iyy a dites, il a dit : « Eh maîtres, côtoyez les savants et les connaisseurs parce qu’en restant avec eux, vous aurez des secrets qui font changer celui qui reste avec eux d’un état à l’autre ». Il a ainsi été rapporté dans la Tradition prophétique ce qui signifie : « Celui qui s’assoit avec huit catégories, Allah ta^ala lui augmente huit choses :

    – celui qui côtoie les princes, Allah ta^ala lui augmente l’orgueil et le durcissement du cœur

    – celui qui côtoie les riches, Allah lui augmente l’avarice et son amour du bas-monde et de ce qu’il contient

    – celui qui côtoie les pauvres, Allah ta^ala lui augmente la satisfaction pour ce que Allah lui a donné

    – celui qui s’assoit avec les enfants, Allah lui augmente les jeux et les loisirs

    – celui qui côtoie les femmes, Allah lui augmente l’ignorance et le désir

    – celui qui côtoie les vertueux, Allah lui augmente le désir de l’obéissance

    – celui qui côtoie les savants, Allah lui augmente la science et la vertu

    – et celui qui côtoie les grands pécheurs, Allah lui augmente les péchés et le retard du repentir ».

    Il a également dit : « La compagnie de celui qui est raisonnable fait croître la personne en degré dans sa religion, dans le bas-monde et dans l’au-delà. La compagnie de celui qui est stupide fait diminuer en degré dans la religion et dans le bas-monde. Ce n’est qu’un regret lors de la mort et une perte dans l’au-delà ».

    Le Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée, était sur sa chaise à ‘Oummou ^Oubaydah le vendredi de l’an 570 H, ses compagnons étaient autour de lui ainsi que les imams de son époque, que Allah les agrée tous. Il disait : « Ma voie est une croyance pure et un for intérieur rempli. Ceci pour avoir pour destination l’agrément de Allah en délaissant les désirs du bas-monde pour celui de l’au-delà ».

    Lorsqu’il clôtura son assemblée bénie, le Chaykh Ya^qoub Ibnou Karaz lui a dit : « Mon maître, si tu écrivais pour nous quelque chose dans la croyance sur laquelle nous nous basions et sur laquelle tes mourid se basent d’après toi ». Il a répondu à sa demande et il a demandé l’encre et le papier. Il leur dit : « Ecrivez ». Il a dit : « Je commence par le Nom de Allah le Très-Miséricordieux, le Miséricordieux, la louange est à Allah, Celui Qui crée les choses, Qui les ressuscite, Celui Qui fait ce qu’Il veut, Celui à Qui le Trône honoré appartient, Celui Qui guide les meilleurs de Ses esclaves à la voie de bonne guidée et au chemin de rectitude, Celui Qui leur accorde par Sa grâce après le témoignage en Son unicité la préservation de leur croyance des ténèbres de la suspicion et de la contradiction, Celui Qui les guide à suivre Son Messager l’Elu et à prendre le chemin de ces compagnons honorables, Celui Qui leur apprend qu’Il est unique, qu’Il n’a pas d’associé, qu’Il n’a pas de semblable, qu’Il n’a pas d’opposé, qu’Il n’a pas d’équivalent. Il a de toute éternité les attributs de la perfection. Il n’est pas de ceux qui ont une fin mais Il est Al-‘Awwal Celui Qui est exempt de début et Al-‘Akhir Celui Qui est exempt de fin. Il est Adh-Dhahir Celui Qui domine toute chose par la toute-puissance et Al-Batin Celui Que les imaginations n’atteignent pas et Qui sait les choses cachées. Il n’est pas un corps ayant une image ni un jawhar limité ayant une quantité et Il n’a pas de ressemblance avec les corps ni de par la quantité ni de par la possibilité de la division. Il n’est pas un élément de substance, un jawhar, et les jawhar ne s’incarnent pas en Lui. Il n’est pas une caractéristique des corps, un ^arad, et les ^arad ne Lui adviennent pas. Il n’a de ressemblance avec aucun être qui existe et aucun être qui existe n’a de ressemblance avec Lui. Rien n’est tel que Lui et Il n’a de ressemblance avec rien.

    Les quantités ne Le limitent pas, les frontières ne Le contiennent pas et les directions ne Le délimitent pas ni les cieux » jusqu’à la fin de son traité de la croyance qu’il a dicté à ceux qui lui avaient demandé dans son assemblée.

    Telle était la croyance de l’Imam Ar-Rifa^iyy et telle est la croyance de Ahlou Sounnah wa l-Jama^ah, que Allah n’a aucune ressemblance avec Ses créatures, qu’Il n’est pas un corps.

    [

  19. ceux qui prétendent que le soufisme est une mauvaise innovation qu’il donne des preuves du coran et du hadith ou qu’ils se taisent car c’est bien a ce genre de parole que l’on reconnait les wahabites qui sont une sectes annoncé par le messager lui méme alayhi ssalam

    on a a qu’a taper wahhabite sur google pour voir et lire leur égarement mais comme ils ont honte alors ils évite de dire wahhabite mais salafite ou salafiyah comment prétendre étre salafite alors que les salafs ceux sont les savant des trois premiers siécle de l’hégire comme l’imam ahmad ibnou hannbal que dieu l’agré celui la méme que vous contrediser et que vous prétendez suivre
    pour vous la seul référence ce n’est pas le coran ni le messager que vous insulter indirectement pour vous il n’y a que ibnou baz, ibnou taymiyyah et autre égarés qui ont contredit des verset et se contredise eux méme dans leur propres livre
    moi je peux t’en donner des preuves de ce que j’avance tu n’a qu’a lire ce que jais écrit dans l’autre poste et tu verra que ton chaykh ibnou taymiyya que tu suis parle lui méme des soufis et les reconnais et tu saura que dans l’islam on ne peut pas dire que toute innovation est mauvaises comme vous les wahabiyah le prétendé sans preuve

    Le messager lui méme nous apprend que l’innovation qui est conforme au coran et a la sounnah est accepté quoi de plus logique
    vous vous dites tous ce que le prophéte na pas fait de son temps qui a été innové est interdit et ceci est d’une gravité car vous contredisait le messager dans son hadith je vais te donner des exemples les priéres de tarawih pendant le ramadan en Assemblé a la mosquéé sa n’existait pas au temps du prophéte pourtant les compagnons qui maitrisaient mieux que toi et moi la science puisque c’est le messager lui méme qui les a éduqué enseigné
    ils on dit qu elle bonne innovation car sa réuni les gens les consolide dans l’adoration de Allah un autre exemple le coran il n’a avait pas le tachquil toutes les voyelles sur les lettres
    c’est un compagnon qui a ordonner qu’on le fasse pour faciliter la lecture du coran et rapprocher les gens du livre sacrée tu oserais dire que c’est une mauvaise innovation??? et le adhan avec le micro n’est ce pas une innovation? puisque sa n’existait pas au temps de Messager tu oserais dire que c’est une mauvaise innovation???
    alors il ne te reste plus qu’a récupérer tous les corans dans le monde et enlever les voyelles sur les lettres sous pretexte que sa n’existais pas au temps du Prophéte et d’interdire dans toutes les mosquées du mondes les micros

    tu vas avoir beaucoup de travail toi et tous les wahabites ignorants de la science pour arreter toutes les bonnes innovations qui améliorent la vie des musulmans d’ailleur dit moi tu écris avec un clavier par le biais d’un ordinateur d’aprés ta régle ou du moins d’aprés la régles des tes soit disant savants il faut que tu arréte tout de suite car ce moyen de communiquer est une innovation franchement vous réfléchisser des fois???

    en réalité tu a appliquer cette méme régle pour dire que le soufisme n’existait pas au temps du Prophéte donc il est interdit et c’est une mauvaise innovation hors ta régle deja est fausse puisqu’il y a plein de choses que le messager n’a pa faite et qui sont permise et conforme au coran et a la sounnah donc arréte de te cacher dérriére la fameuse phrase de ibnou baz (qui lui a complétement contredit le coran et la sounnah dans les domaines les plus important de la religion entre autre la croyance )ou il dit revenez a la sounnah et au coran alors que lui s’en est éloigné justement de tous sa alors écoute mon chére je vais t’apprendre ce que tu ignore toi et ibnou baz du souffisme

  20. voila monsieur la signification du soufisme en ésperant qu’elles vous profite aussi a vous mes fréres et mes soeurs en islam

    Le soufisme islamique (at-tasawwouf)

    c’est suivre le Messager et avoir la sincérité

    du comportement envers Allah

    Certes, le soufisme islamique que pratiquaient les vertueux prédécesseurs consiste à appliquer la Loi de l’Islam et à suivre le Messager totalement. C’est donc une science, un comportement et un combat contre soi-même, ainsi qu’une opposition active aux passions, en s’empêchant de s’étendre dans les plaisirs licites. C’est donc un détachement du cœur de ce que les gens possèdent. Le soufisme n’est pas une ignorance, une paresse ou un excès de paroles inutiles. Ce n’est pas non plus le désir avide de ce que les gens possèdent ni un attachement du cœur à ce bas-monde, à ses ornements et à ses plaisirs périssables. L’Imam Al-Jounayd, que Allah l’agrée, était le maître du groupe des soufiyy de son époque et il était celui vers qui les soufiyy confirmés se dirigeaient : "Nous n’avons pas pris le soufisme (at-tasawwouf) par ce que les gens en disent mais nous l’avons pris par les veillées, la faim et l’abandon du confort habituel et de ce que l’âme apprécie ; car le soufisme, c’est la purification du comportement". D’autre part, le compagnon honorable et soufiyy confirmé, Harithah, a dit : "J’ai atteint le dégoût de ce bas-monde, je veille ma nuit et j’assoiffe mon jour, comme si le Trône (al-^arch) de mon Seigneur se dressait face à moi, comme si je voyais les gens du paradis se rendre visite et comme si me parvenait l’écho des hurlements des gens de l’enfer".

    Mon frère musulman, celui qui agit envers son Seigneur avec un comportement pur en accomplissant les devoirs et en se gardant des interdits, qui se comporte envers les créatures de Allah avec un comportement pur et qui demeure sincère envers son Seigneur tant en son for intérieur qu’en apparence, celui-là est le soufiyy véritable que Allah aime ainsi que Son messager. Les miséricordes descendent par la simple citation de son nom. Le soufiyy a été appelé ainsi pour la pureté (safa’) de son cœur des troubles, des crasses et des maladies du cœur telles que l’insincérité dans les bonnes actions, l’envie, l’orgueil et l’infatuation par les obéissances à Allah. Certes, les soufiyy véridiques sont des gens qui ont suivi leur prophète de façon complète, ils ont donc accompli les devoirs et évité les interdits, et ils ont appris ce que Allah ta^ala a rendu obligatoire sur eux. Ce sont des gens dont le cœur est attaché aux actes qui visent l’au-delà et dont le for intérieur s’est purifié par la lumière de la piété, qui n’ont pas été dupés par la vie de ce bas-monde et ses choses périssables. Soulayman – Salomon – ^alayhi s-salam le prophète de Allah, avec ce qu’il possédait d’éminente souveraineté, se nourrissait de pain d’orge bien qu’il pouvait disposer de bien autre chose. Et notre prophète Mouhammad avait dans son caractère une très forte maîtrise de soi, il a eu faim en plusieurs occasions ; on n’attisait pas chez lui de feu pour la cuisine la majeure partie du mois, lui et sa famille se suffisaient d’eau et de dattes.

  21. Esselem ou àleikom

    franchement j’y connais rien a tout sa, mais je sent que certains en ont gros sur la pattate. Ce que je sent aussi c’est l’orgueille, la haine, la démagogie et je m’arreterais la car sa va réalimenter les passions (mince j’ai dit que j’arretais)…

    sans plaisanter les frères et soeurs, vous penser pas qu’il y a plus important? Plus gratifiant, plus intelligent que tout ce qu’il y a en dessus. Vous savez, parfois quelques mots valent mieux que de long discours… tout sa pour vous dirent qu’il faut se rappeller l’essentiel, l’amour et la crainte d’Allah le très haut et de notre prophète paix et bénédiction soit sur lui…

    Je voulais aussi rappeller que ces commentaires ne sont pas lu simplement par des gens qui aime et qui craigne Allah le très haut, il y a aussi heureusement des gens qui cherche la verité, la lumière et je recommanderais à tous (moi le premier) de bien réfléchir avant de parler de tel ou tel chose.

    pour finir il faudrais mieux cherché la satisfaction d’Allah t’àla, que de rentrer dans des combat sans fin, contre un "ennemi" qui n’ai en réalité que son frère en ISLAM, mais bon sa fait parti de la stratégie de l’ennemi réelle et elle fonctionne pas trop mal… Mes frères et soeurs gardont notre force et notre science pour abattre ce virus qui est entrain de nous dévorer de toutes parts, aimont nous les uns les autres, rangeonts notre orgueille dans notre poche (c’est Allah l’orgueilleux) et montront leurs de quoi nous sommes capable. Mohammed àlih assalat ou essalam à dit: quand un musulman (soumis à dieu) va mal, c’est comme un organe du corps, quand il va mal, c’est tout le corps que se met à trembler… Aussi la science sans comportement c’est comme si j’avais une ferrari sans les freins sa doit faire mal (lol). Voilà j’éspère n’avoir vexé personne, si oui je tiens à m’excuser, pour mes fautes d’ortographe aussi.

    Qu’Allah azawajal facilite la tache de ceux qui souffrent dans ce monde de plus en plus bas. amin! amin! amin!

    ou Allah ou àlèm

    wa selem ou aleikom

  22. salam chers freres,pourriez vous me dire qu elle a été la cause de la regression de la civilisation arabo-musulmane?pourqoui s est elle renfermé sur soi?pourqoui elle n a pas évolué?barakallahoufikoum

  23. s’ il y a régression elle est générale ! la civilistion arabo musulmane évolue avec l’ensemble de l’humanité, et l’isoler est pour moi le début de la régression. Salam mon frère

  24. salam alaykoum oua rahmtou allahi oua barakatouhou
    Je rejoins abouheni dans ses propos.
    Je rajoute une chose, soufisme ou autre CHOSE …. Il faut se rappeler qu’on est responsable devant Dieu soubhanahou oua taala, et donc il faut faire très attention avant d’avancer des dires ou des pratiques et dire que ça émane de l’Islam, car comme avait mentionné abouheni plusieurs personnes vont lire ces commentaires et il ne faut surtout pas donner une fausse image de l’ISLAM. Au contraire soyons solidaires et contribuons à CORRIGER les FAUSSES IDEES qu’ont les gens par rapport à l’islam, et notre solidarité réside en notre attachement au Coran et à la sounna annabawiya.
    Dieu nous guide vers le droit chemin inchallah.

  25. salam alikoum,
    je suis salafi et je dois vous dire que le sufisme éxistait mais pas sous cette forme, aujourd’hui il se sont écartées de la juste voix…savez vous que les soufis d’aujourd’hui( leur maître et grand imam) disent qu’il n’ont plus besoin de prier …….car il ont atteint un degré qui leur permet de faire tout ce qu’il veulent et que tout les interdis sont devenus hlal…les soufis ont bien exister mais pas à cette époque et surtout pas sur cette forme…
    wa allah a3lem

  26. salam alikoum,
    le répression de la civilisation musulmane est dû aux musulmans qui ont délaisser la sunna….
    et elle redeviendra puissante si elle revient à la sunna
    salam alikoum

  27. Salam Aleikoum…
    Il est regrettable de constater qu’il demeure autant d’incompréhension face au Soufisme, qui est le Coeur de l’Islam…
    Ce n’est qu’Amour et Paix qui mène vers la Lumière Divine…
    Puisse Allah Ta’ala vous couvrir de ses bienfaits…Amine…

    "La Vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé…Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve"…Rumî

  28. Le soufisme est -il mentionné dans le coran et la sunna du prophéte (SAW) ?
    Pas à ma connaissance.

  29. dire que le soufisme s’écarte de la sunna est totalement faut, El ghazali a fondé toute sa pensée sur la sunna. Je vois le soufisme comme un système de pensée oeuvrant parfaitement pour l’islam cette religion "magnifique".Bien sûr il y a certain courant qui s’éloigne dans la recherche et finissent par se perdre. J’ai eu un jour ce besoin de conscience d’aller découvrir le soufisme et l’Hamdoullah ce pas m’as permis d’ouvrir encore plus grand mon coeur vers la voie de l’islam.

  30. je me suis arrêté à la première phrase :

    "le Soufisme (de l’arabe Tassawouf) est le coeur de la spiritualité musulmane"

    or ceci est faux car le prophète n’a jamais parlé du soufisme. le soufisme est donc inexistant en Islam.

    Puisqu’il est inexistant, c’est donc un mensonge de dire qu’il est le coeur de la spiritualité etc..

    mensonge, promotion d’une secte égarée.

    L’ islam n’a pas besoin d’ajout, le Prophète Mohammad, aleyhis salat wa salam, a bien accompli sa mission !

    Conclusion : taquiLah ! prenez le droit chemin de l’ Islam, sans bidaa, sans mensonges.

  31. "alladin", déjà pour commencer: quel pseudo étrange ! aladin l’ami du djin ? c’est au dessin animé mécréant que tu fait allusion ?
    et tu parle de "wahabbites" pour te citer, mais sait tu aiux moins que "AL WAHAB" est un Attribut d’ Allah ?
    Si tu craignais Allah tu n’utiliserait certainement pas ce mots pour essayer de dénigrer nos frères et soeurs musulmans.

    TaquiLah , taquiLah .

    Le droit chemin est clair et limpide, et non tortueux comme le sont les voies qui s’égarent de l’ Islam authentique.

  32. "aicha", je peux incha llah, te poster des vidéo de soufi et tu verra que james est lon d’avoir tout faux.

  33. Si on fait des recherches approfondies sur toutes les religions , on peut dire que toutes sont des sectes.
    Elles ont toutes les mêmes doctrines fondamentales avec des variantes.
    LA définition d’une secte est une religion fondée par un homme (ou une femme) qui tire sa doctrine soit par sa propre philosophie ou soit par l’emprunt de doctrines déjà existantes dans d’autres religions bien établies avant elle.
    Aujourd’hui on peut se poser des questions concernant les grandes religions de ce monde: elles aiment la violence, la guerre, verser le sang et donner la mort.
    Que pense Dieu, d’elles toutes, qui ont leurs mains pleine de sang de pauvres innocents.

  34. salamalikoum wrmwbrk.Mes fréres et soeurs faisons ce que Allah nous demande dans le Coran et suivons les pas de l’envoyé d’Allah slslm. Arrétons ces divisions, les déviances shiites souffis tabligh …..

  35. as salam aleykoum wa rhamtulah

    L’islam c’est Allah a dit , le prophete saws a dit et les compagnons ont dit. IL s’agit là de l’islam authentique, il ne faut rien faire qui ne s’ecarte du chemin du bien aimé d’Allah, et du chemin des croyants…
    Si un soufi suit le coran et la sunna selon la compréhension des pieux prédécesseurs tels que le prophete saws et ses compagnons, alors il sera sur le bon chemin, tandis que si un homme se prétend salafi mais ne suis pas le coran et la sunna selon la compréhension des pieux prédécesseurs tels que le prophete saws et ses compagnons, alors cet homme est égaré. En somme les appélations, bien qu’importantes, ne valent rien si le fond et la forme ne sont pas là.
    Et Allah est plus savant
    Salam aleykoum wa rhamtulah

  36. Désolidarisé vous mes chére fréres est soeurs des confréries soufises ,car le soufisme est une innovation religieus et les soufis ajoutent à la religion d’ALLAH ce qui n’en fait pas partie ,tout comme il faut se désolidarisé du chiisme et d’autre groupe égarés

    As-Salam wa’alaikom

  37. salam aleikom c est un copier coller le texe original se trouve

    http://www.al.baida.online.fr/le...
    (et celui qui cherche la verite Allah lui la donne et celui qui la renie ……….)

    « Les juifs se sont séparés en soixante et onze sectes, les chrétiens se sont séparés en soixante douze sectes, et ma communauté se séparera en soixante treize sectes, toutes iront en enfer sauf un groupe ». On demanda : « Qui sont-ils, Ô Messager d’Allah ? ». Il dit : « Le groupe (al Jama’a) ».

    Ibn Mas’oud dit : « Le groupe (d’origine), c’est ce qui est conforme à la vérité, même si tu es le seul à la suivre ».
    Dans une autre version légèrement faible mais qui est confirmé par d’autres versions authentiques :
    « Ceux qui me suivent moi et mes compagnons ». Donc la communauté est partagée en deux groupes. Un groupe égaré : il s’agit des 72 sectes, un groupe sauvé sur la bonne voie : il s’agit de la faction unique, représentée par les Salafis.
    Nous leur répondons également en affirmant que nous ne traitons aucun musulman de mécréant tant qu’il ne commet pas une innovation blasphématoire qui le fait sortir de l’Islam. Les Khawaridj, les Achâ’ira sont nos frères en Islam, mais ils ne font pas partie du groupe sauvé, de la faction victorieuse : « Ahlous Sounnati wal Djamâ’a ».

    – Il y a des Hadiths qui prouvent l’appartenance aux Salafs, comme la parole du Prophète -prières et bénédiction d’Allah sur lui- Fatima : « Quel excellent aïeul (Salaf)[3] je suis pour toi ! ». Et également la parole des grands Imams (Majmou’ Fatawa d’ibn Taymiyyah tome 4, page 149).

  38. Seuls ceux qui font l’effort de justice envers leurs frères sont dignes d’être honorés. Car il est plus difficile d’être un Juste que d’être un Saint. Aider et aimer son prochain sont les seules conditions acceptables et souhaitables dans la vie d’ un homme, méfions nous des religions dont le message a été soit dénaturé, soit est resté incompris ou a été mal interprété. Amin

  39. Voilà ce que j’ai pu trouver comme renseignement sur le soufisme:(Encyclopédie Encarta)
    Terme générique qui englobe l’ensemble des traditions MYSTIQUES du monde musulman depuis le 11ème siècle. Le mot vient de l’arabe ‘tasawwuf’. Bien que la plupart des soufis aient été à l’origine des sunnites, le soufisme n’est pas un mouvement ‘CONFESSIONNEL’ et l’on y trouve aussi bien des chiites que des CONFRERIES DE DIFFERENTS CULTES ANNEXES. L’islam compte d’autres mouvements à tendance mystiques, tels que les ismaïliens ou l’école philosophiques des ‘Ishraqi’, mais ceux-ci sont plus structurés, plus élistites et plus sectaires que les soufis.
    LES ORIGINES:
    Les soufis voient en Mahomet et dans les prophètes qui l’ont précédé l’origine de leur traditions même si le terme "soufi" est APPARU relativement tard, à Kufa en Irak, sous le califat des Abbassides, au 9ème siècle. Deux origines sont admises pour le terme soufi. Il serait dérivé de l’arabe ‘suf’ (laine), désignant le froc de bure des moines nestoriens adopté par certains ascètes et mystiques musulmans, ou bien du mot ‘safa’ signifiant "pur". Le soufisme en tant que tel n’apparaît qu’au début du 10ème siècle mais moins d’un siècle plus tard, il est largement répandu en Irak (à Bassora et à Bagdad, capitale du califat abbasside) et dans le reste du monde musulman (en Iran, au Hedjaz, en Egypte et jusqu’aux provinces du Sind). Les documents les plus anciens sur la doctrine et les pratiques des soufis datent seulement du 10èmes siècle et l’on sait très peu de choses sur le mouvement avant cette période. Les informations dont nous disposons indiquent que les caractéristiques du soufisme sont remarquablement similaires à celles des courants ascétiques et mystiques non musulmans ANTERIEURS à l’islam, tels que le nestorianisme du ‘christianisme’ oriental apostat, le gnosticisme, le néoplatonisme, le manichéisme et le bouddhisme, ces traditions étant bien ancrées dans les régions où sont apparus les premiers groupes soufis. Le soufisme, rejeté par l’islam traditionnel jusqu’au 12ème siècle, ne sera accepté dans le monde musulman qu’à la faveur des EFFORTS et des ECRITS de célèbres PHILOSOPHES sunnites comme le théologien Al-Gazali, qui vise à accorder le soufisme en droit coranique, ou l’andalou Ibn Arabi, qui fit évoluer le soufisme philosophique en théosophie hétérodoxe. (voir le dictionnaire pour une meilleure compréhension)

    Ceci dit, à mon humble avis, le soufisme est né par la volonté des hommes et leurs philosophies et non par la volonté de Dieu.

  40. Après recherches dans le dictionnaire:
    Théosophie : en philosophie ou en religion : doctrine qui consiste à rechercher la connaissance de Dieu aux moyens de pratiques mystiques. (qui fait appel au spiritisme)
    Hétérodoxe : qui s’éloigne de ce qui est habituellement établi. Qui ne suit pas la doctrine.

  41. cela est tres bien mais ce qui compte c’est de croire a l’importance du message divin et de son prophéte bien aimé, de nonbreux savant se sont essayer à connaitres l’essence même du carractére méssianique du coran et il se sont parfois égaraient dans des conjéctures paraboliques n’ayant parfois comme fondement que leurs bonne fois et leurs désir profond de partage; le soufisme n’est pas une secte mais une façon propre à transcender l’ame vers son ultime voyage celui de son créateur, c’est a dire être le plus sincére possible, une seule priére faite sans trouble conduit certainement vers la félicité, il faut suivre les recommandations de dieu et du prophéte (bien aimé) aimé dieu etre juste et patient .

  42. essalam alikoum warahmatou allah wa barakatouhou,

    Je tenais juste à réctifier les dires de mon frère Mohamed, en lui précisant que le courant d’ESSOUNA comprenait 04 écoles : MALIKI-CHAFI3I-HANIFI-HANBALI. D’autres part, je tenais à dire aussi, que le soufisme n’a jamais été, et en aucun cas, en contradiction avec les principes de ces quatres écoles.

    Essalam alikoum.

  43. Je viens de lire dans les informations de ce site musulman qu’une journaliste va être jugée pour avoir mis un pontalon porté sous une robe longue, de 40 coups de fouet!
    Le Soudan étant un pays musulman, je trouve inhumain ce genre de punition qui est loin d’honorer la femme et de la respecter comme je vous l’entend souvent claironner.
    La tenue de cette journaliste n’avait rien de choquant et infliger ce genre de traitement montre combien les sectes de l’islam se contredisent et violent les commandements de Dieu, d’autant plus que rien de ce genre n’est stipulé dans le coran.
    Je ne connais pas dans l’islam , quelque soit la secte,la mise en application de l’amour du prochain, du respect et de la tolérance.
    Si une branche de l’islam applique ces principes de l’amour, du respect et de la tolérance, je voudrais la connaître.

  44. Pourquoi les soufis adorent les tombent ? a ce que je sache le prophete nous l’a interdit !
    Pourquoi les soufis disent que ibn taymiyya etait soufis alors qu’il a combattue le soufisme ?!!
    Pourquoi les soufis quand ils font l’appel vers leur voie, ne montre jamais à quoi ils ménent?
    Pourquoi les soufis disent que le prophete etait soufis, alors qu’il n’a jamis été rapporté de lui qui fesait leurs pratiques??!!!
    Pourquoi le soufisme et ses partisans et de nombreuse autre voie ( voir le chiisme ) combattent une seul voie sur laquelle ils s’acharnent, mettent en garde, et sur laquelle ils montent beaucoup de mensonge et de musulmans ??!!!
    Pourquoi les soufis disent que le cheikh deviendra un mouton et eux des puces pour passer le pont "sirat" le jour de la resurection alors que le prophete sws n’a jamais dit une parole de ce type a ses compagnons ??!!!
    Apres beaucoup de recherche dans l’islam, apres que j’ai decouverts que l’islam etait fort partager, j’ai approfondie mes recherches pour connaitre tout les groupes j’ai vu que la majorité était très loin du droit chemin du prophète et de ses compagnons et de ce qui les ont suivie dans la bienfaisance.

    Une chose que j’ai aussi remarquer, c’est que de nombreuse personne qui aimaient fort la vie d’ici bas ce sont vu emporté par le soufisme ou d’autre groupe, ce qui ma parue certes très floue comme voie.

    Et en conclusion dans cette discusion certaine personne critiquait ce qui critiquait le soufisme, c’est vraiment paradoxale.
    Et je dit a ces personne qui defende le soufisme d’aller dans un premier temps voir leurs pratique et dans un deuxième temps voir comme il critique et insulte ceux qui suivent le coran et la tradition (du prophète) selon la compréhension des pieux prédécesseurs.
    Soyons scincére dans notre pratique et juste (tout en suivant l’exemple de notre prophète et de ses compagnons ) et peut-être qu’Allah nous guidera suis son chemin incha’Allah
    Et Allah est le plus Savant.
    Wa salam wa’alaikoum wa rahmatoullahi wabarakatuh

  45. Assalamou aleykoum
    Abu Fulaan , tu confonds les charlatans qui se sert du mot soufisme pour leur propre gain. je te conseil d’étudier un plus en profondeur la question du tasawwouf. A te lire, j’en déduis que tu fais paris de ces égarés qui se prétendent salafi..ceux qui prennent pour source Muhammad ibn abdulwahhab et son ma^tre ibn teymiya..
    quelques dires et écrits des honorables imams sur le soufisme: "Soufyan al-Thawri (d.161): Ibn Qayyim al-Jawziyya rapporte dans Madarij al-salikin, et Ibn al-Jawzi dans le chapitre intitulé «Abou hashim al-Zahid» dans son Sifat al-safwa après le maître de hadiths Abou Nou`aym dans son Hilyat al-awliya’, que Soufyan al-Thawri dit: Si ce n’était pas à cause d’Abou Hachim al-Soufi (d.115), je n’aurais jamais perçu la présence des plus subtiles formes d’hypocrisie en moi … Le meilleur est le Soufi érudit en jurisprudence."
    "Imam Malik (94-179 H/ 716-795)

    Un savant de Madina, fut connu pour sa grande piété et son amour pour le Prophète , qu’il aimait et vénérait à tel point qu’il ne montait jamais à dos de son cheval dans les limites de Madina en guise de respect à la terre qui contenait le corps du Prophète , il ne rapportait aucun hadith sans avoir accompli d’abord son ablution. Ibn al-Jawzi rapporte dans le chapitre intitulé «La couche 6 des gens de Madina» dans son livre Sifat al-sawfa:

    Abou Mous`ab dit: J’entrai pour voir Malik ibn Nas. Il me dit: "Regarde à ma place de prière ou sous ma natte de prière voit ce qu’il y a". Je regardai et j’y trouvai une certaine écriture. Il me dit : "Lis la!" Je constatai qu’elle contenait le récit d’un rêve que l’un de ses frères avait fait et qui le concernait. Il dit (lisant ce qui était écrit): «Je vis le Prophète dans mon sommeil. Il était dans sa mosquée et les gens étaient autour de lui, et il dit: J’ai caché sous ma chaire (minbar) une bonne chose – ou une connaissance – et j’ai ordonné à Malik de vous la distribuer.» Malik alors pleura, je me levai et pris congé de lui".
    Juste comme Abou Hanifa et Soufyan al-Thawri implicitement affirmèrent la nécessité de suivre la voie soufie afin d’acquérir la perfection, l’Imam Malik ordonna explicitement la pratique du tassawwouf dans sa déclaration suivante comme un devoir des savants:

    "Quiconque pratique le Tassawwouf sans étudier la Loi Sacrée (la jurisprudence) corrompt sa foi, alors que quiconque étudie la Loi Sacrée (la jurisprudence) sans pratiquer le Tassawwouf est un hérétique. Seulement celui qui combine les deux atteindra la vérité."

    Cette déclaration est rapportée par le mouhaddith Ahmad Zarrouq (d.899), le hafiz `Ali al-Qari al-Harawi (d.1014), les mouhaddiths `Ali ibn Ahmad al-`Adawi (d.1190) et Ibn `Ajiba (d.1224) et autres…
    la liste est tellement longue que je m’arrête ici.
    quelques sites utiles:
    http://www.hakikatkitabevi.com/f...
    http://www.dinimizislam.com/deta...

  46. Relisez le coran au lieu de citer des philosophes et leurs livres qui sont tous des ‘faux prophètes’ car "Malheur à ceux qui écrivent UN LIVRE de leur propre main et qui disent: "ceci vient de Dieu". (sourate 2:79)
    Les djins égarent des humains qui deviennent des ‘diables'(qui se déguisent en ‘prophètes de Dieu) pour tromper par leur enseignement les gens crédules, qui ne vérifient pas leurs écrits, et ainsi fondent des sectes qui s’éloignent de la vérité. sourate 6:112
    114- "Recherchez ce qu’il a fait descendre vers VOUS ce Livre bien exposé car Ceux auxquels Nous avons donné le Livre SAVENT qu’il est descendu avec la VERITE VENANT DE TON SEIGNEUR. Ne soyez pas de ceux qui doutent"
    115-"Nul ne peut modifier SES paroles."
    116-"Si vous obéissez à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils vous égareront du SENTIER d’Allah : ils ne suivent que la conjecture et ne font que FABRIQUER DES MENSONGES."
    Ne vous laissez pas influencer par d’autres écrits qui vous éloignent de la Vérité, et qui vous divisent en sectes et restez attachés aux paroles du Coran qui est le SEUL RAPPEL de la VERITE; Sourate 6:92

  47. Peut-on demander à un mort de nous parlé du VIVANT,je ne pense pas,demandons au VIVANT de nous parlé des morts et il y en a,comment faire un débat quant ce sont des morts qui répondent!!!Le soufisme ou tassawouf en arabe s’adresse à des croyants que seul ALLAH a choisi et a aimé avant de les avoir créers,critiquer une science que nous ne connaissont pas et un acte d’ignorance car ALLAH en est le possesseur et sont très saint Messager (sws) en est l’Océan.Soyez modeste lorsque vous parlez d’ALLAH et de son Messager ainsi que de ce qui est connue dans notre religion car ceux qui nous ont précédés dans la foie ce sont égarés dans des débats dont-ils n’avaient aucune science.Ce message amical s’adresse à ceux qui critique le soufisme et qui n’ont réellement aucune piété à répondre avec précipitation quand nous parlons de soufisme,vous donnez des preuves par le saint Coran et par la Sounna de notre bien Aimé prophète Sayyidina Mohammed (sws)seraient une perte de temps car il n’y a aucune compassion dans ce genre de question de la part de ceux qui critique le soufisme et leurs but n’est pas d’apprendre malheureusement les preuves qui leurs permettraient de pouvoir changer d’avis,et pour finir d’avertir ceux qui utilisent la science d’ALLAH afin de contredire une vérité, seront jugé pour ce qu’ils avancent!!!et IL est Le Meilleur des Juges.Que l’Amour d’ALLAH et de son bien Aimé prophète Sayyidina Mohammed(sws)se répande sur toute la communauté de l’Islam ainsi que sur tous croyants en un seul Dieu.Amin

  48. assalamou aleykum wa rahmatulahi wa barakatuhu freres et soeurs en la foi craignons allah comme il se doit prenons ce que le messager de dieu(psl) nous donne et abstenons nous de ce qu’il nous interdit et prenons garde des innovations car toute inovation est egarement et mene au feu

  49. salam alaykoum chers freres et soeurs,
    j’ai pris le temps de lire quelques commentaire , et la seule reaction que j’ai pu avoir ne concerne pas le sujet du soufisme en lui meme, mais l’intolérance que vous , certains freres "musulmans" dont vous avez fait preuve!!!!! Comment pouvez-vous juger un de vos freres en Islam qu’il soit soufi ou pas!!??!! Seul Allah est Le Seul Juge, ce forum est fait pour donner certe des avis ou des idées, des questions des suggestions, parsk nous sommes tous en quête d’apprentissage, j’ai pu ressentir une certaine haine dans ces commentaires parfois bien trop arrogant, la fraternité musulmane de ce style me blaisse profondement au plus profond de mon coeur!!!
    La tolérance existe en Islam, meme si je ne suis pas du meme opinion ke mon frere ou ma soeur, je n’oserai pas le blaissé par de mauvaise paroles, car c’est cela qui fait devier nos freres et soeur du droit chemin ammenant à Allah sobhano wa ta3ala.
    Salam alaykoum

  50. salam alikoum,
    non ma soeur-z, la tolérence n’existe pas quand il s’agit du dogme et des pratiques d’adoration de notre Seigneur. Le Prophète saw a été envoyé justement pour corriger cette erreur. Je vous rappel que les 1er énnemis de l’Islam étaient les arabes eux-même, peuple du Prophète saw, et qu’ils disaient : "la illaha illa l’Allah" !!!
    Le Prophète saw, est venu corriger leurs déviances et leur égarement, car eux aussi étaient persuadés qu’ils pouvaient adorer Allah de la manière qu’ils voulaient. Or c’est faux. Seule la manière que nous a transmis le Prophète saw est agrée par Allah : "Aujourd’hui j’ai parachevé votre religion, et j’agrée l’Islam comme religion" Coran
    Tu vois notre religion est bouclée depuis sa révélation à notre Prophète saw, il ne faut rien y ajouter, et rien en soutirer, et incha’Allah nous serons biens guidés.
    Si la voie soufis était bonne, Allah dans sa grande bonté nous l’aurait clairement, clairement, désigné dans le Coran; et Il l’aurait tout aussi clairement ordonné à notre Prophète saw, OR il n’en est rien!!! et ça même pour un non musulman c’est clair! alors que dire des musulmans ? Ne suivez pas vos passions, ou vos désirs d’adoration, qui certes sont louables, mais non conformes à la religion que notre Prophète nous a transmise.
    Wa Allahoualam

  51. Je m’intéresse à l’Islam par curiosité culturelle. Je suis surpris de tant de hargne dans les échanges,dont bien entendu je ne comprend qu’une faible partie. Mais ce qui me surprend le plus, c’est que jamais les intervenants ne semblent remettre en question les écrits du passé, quelqu’ils soient, et ne les remettent jamais dans un contexte historique qui permet de mieux sans doute les comprendre, mais aussi d’en apprécier les limites dans un monde actuel. C’est vraiment trés étonnants que des savants des érudits ne remettent pas en question des textes et des manière de faire et d’être datant de plusieurs dizaines de sciècles et continuent de considérer qu’ils s’inscrivent avec la même vigueur et réalité dans le monde d’aujourd’hui.
    De plus le débat de ce forum,qui doit exister sur d’autres plateformes, semble laisser poindre, des teintes de moi j’ai raison vous avez tort qui démontre un orgueuil trés dangereux car aveuglant. J’entend partout dire que l’Islam est tolérant, cela ne semble pas si simple et évident, le respect des différences est une grande tolérance.

  52. Extrêmement intéressant le texte de "Canada", merci de l’avoir divulgué.
    Je suis confronté, chaque jour, à ces "moi j’ai raison vous avez tort", orgueil très dangereux et aveuglant dont font preuve bon nombre de mes frères musulmans ; en fait, très peu d’entre eux sont véritablement tolérants, ils disent qu’ils le sont, mais leurs dires et leurs érits prouvent le contraire…

  53. Essalaam 3alaikoum,

    Il y a trop de tchatche … un dit d’après un tel ou tel … l’autre répond, chouf Si flaan u flaan qaal , …un troisième pointe un livre écrit par un quatrième … et cela tourne en rond sans fruit.

    Discuter en rond d’une manière stérile est un virus de la désinformation inventé depuis la nuit des temps, alors que la Vérité est en chacun de nous, par la miséricorde de Dieu : revenez à la source et lisez vous-même le Coran avec vos propres yeux, votre propre cœur et votre propre intelligence. Le message de Dieu y est explicite pour chacun : écoutes plutôt ton cœur et ton intelligence fais leur confiance dans ton interprétation propre. Le Coran n’est-il pas un rappel pour toute l’Humanitéajma3iine ? Je sais que la lecture du Coran en Arabe n’est pas donnée à tous. Il existe de bonnes traductions (de sens) incluant le texte original cote à cote au cas. A cas où un sens traduit heurte notre intelligence il suffit de se rapporter à l’original en Arabe pour vérifier. Et si on ne sait pas lire l’arabe, alors le faire lire cette (ou ces sourates) par un musulman connaissant bien l’arabe pour bien comprendre le bons sens dans l’original. Et finalement si on sait pas du tout lire (analphabète par malheur) alors se faire lire des sourates … allez écouter les récitation du Coran et surtout discuter intelligemment et d’une manière critique ….

    En un mot : lisez par vous-même le Coran avec votre raison et votre cœur. Le dernier Rappel de Dieu est trop important pour que vous laissiez un tiers l’interpréter pour vous. Je pense que Dieu dans sa miséricorde nous a offert à chacun la raison et le cœur pour voir distinctement et pour choisir notre chemin chacun librement.

  54. salut Canada et Marajo,
    vous avez raison !
    Comme je vous l’ai expliqué quelques lignes plus haut, l’Islam n’est pas tolérant !!! que se soit bien clair et ont ne s’en cache pas…la précision importante et que vous ne saisissez pas, c’est que l’Islam ne tolère pas le POLYTHEISME !!! car notre Seigneur nous l’interdit formellement, à nous musulmans, mais aussi aux autres religions monothéistes : Chrétienne et Juive; et même à tous les Hommes. Ainsi mes amis ne regardez pas l’Islam à travers ceux qui en parle, nous ne sommes que des hommes, avec nos défauts, et nos passions, regardez plus tôt l’Islam à travers ce que Dieu en dit lui même, regardez sa parole dans le Coran, regardez son messager Mohamed saw et ses commandements. Bien sur vous me direz que sa date. Mais il y a des choses universelles qui ne changent pas et ne doivent pas changer : les lois de Dieu.
    Quant aux restes, pas de problème, on peut toucher à presque tout ce qu’on veut, s’adapter, se moderniser, s’amuser…tant que l’on ne transgresse pas les lois que Dieu nous a presctites dans l’Islam.
    Notre créateur nous veut du bien, et dans sa bonté Il nous a donné des lois à suivre. C’est comme dans le civil, vous avez des lois qui régissent la vie quotidienne, et ces lois s’imposent à tout le monde à ce que je sache, vous n’avez pas le choix, sinon gare aux gendarmes…Or je ne pense pas que vous allez me dire que l’État est intolérant, et que vous ne voulez pas de ces lois?! Ainsi vous les acceptez, pensant quelles sont bonnes pour la société(même si certaines datent de Napoléon);
    Eh bien l’Islam c’est pareil dans le principe, seulement la différence de taille, c’est que les lois sont faites par les hommes avec leurs défauts et leurs changements d’humeurs…alors que les lois de Dieu, sont parfaites, Universelles, et constantes. D’ailleurs vous remarquerez que le fondements du droit qui sont la "Déclaration des droits de l’Homme", datant d’à peine 200 ans, provient justement des Lois Divines, qui elles ont des milliers d’années (Moise, Abraham,Jesus,Mahammed saw); le mariage est une loi divine, l’héritage, la propriété, la justice,…sont des lois divines. D’ailleurs la notion même de "loi" provient de Dieu, l’Homme moderne à simplement tenté de copier les commandements de Dieu, et tenté de se les approprier avec beaucoup d’orgueil, en affirmant que ceci vient de nous, nous l’avons inventé, l’Homme est tout puissant…
    Mais toute personne doué de raison, d’un minimum d’intelligence, et cherchant la vérité universelle, pas la mienne ou celle de l’autre, à l’intuition que quelque chose ne tourne pas rond dans ce qu’on nous sert au quotidien comme étant la vie : métro, boulot, dodo, (+ quand même pour faire passer la pilule), vacances, pognon,culture, art,etc
    Si vous cherchez sincèrement, la vérité sur la vie, avec votre cœur et votre raison, Dieu vous montrera sa voie, et votre intuition vous guidera vers elle, incha’Allah.Comme c’est arrivé pour beaucoup, à leur grande surprise(dont je fais partie)
    Nul besoin de ce que moi, ou les autres racontent, seulement vous et votre cœur.
    Ne m’en voulez pas si j’ai été un peu long, mais le jeu en vaut la chandelle…(un peu d’humour quand même)
    Le but d’un musulman se n’est pas d’avoir raison, mais d’apprendre sa religion, apprendre à connaitre Dieu, et transmettre ce qu’il a apprit aux autres.
    Qu’Allah nous guide.

  55. On peut être tolérant par indifférence des autres, mais cherche-t-on pour autant à savoir si les autres ont tord ou raison?
    Est-que la curiosité ne doit pas nous pousser à chercher la Vérité sur Dieu?
    Il y-a tellement de religions qu’on est en droit de se demander laquelle est la bonne?
    Est-ce que TOUS LES CHEMINS MENENT A DIEU? Si c’est le cas, notre religion vaut toutes les autres et pourquoi s’en faire? Nous irons tous au paradis!
    Mai si Dieu agrée qu’UNE seule parmi toutes celles qui existent dans le monde, n’est-il pas sage, pour notre survie dans le paradis, de vérifier si nos croyances sont en accord avec TOUS SES LIVRES et faire les rectifications nécessaires pour plaire à Dieu et devenir un meilleur croyant?

  56. salut,
    tu as le mérite de te poser des questions, c’est pas le cas de tout le monde, certains ont des idées toutes faites.
    Tu poses beaucoup de questions, mais pas la bonne. Celle qui englobe toutes les autres, celle qui a de l’intérêt pour un croyant, comme pour un non croyant, celle dont la réponse règle tous les différents, celle qui nous donne de l’espoir, et qui nous montre le chemin…
    Qu’attends Dieu de nous ?
    Cela dit en passant, non nous n’iront pas tous au paradis! Et ça c’est Dieu qui le dit. (dans toutes les religions)
    Qu’Allah nous préserve.

  57. salut,
    au fait le sujet était le soufisme…
    donc si des frères soufis sont dans le coin, faites signes…
    un dialogue dont les principaux concernés sont absents, c’est pas sympas

  58. beaucoup de commentaires eclaires et interessants! j’en apprend tous les jours sur l’Islam et plus ca va, plus je trouve que ca ressemble a la chretiente dans beaucoup de valeurs (Respecter Dieu,l’honorrer, amour de son prochain, compassion, charite, faire le bien et le juste, ne pas avoir de mauvaises pensees, etre humble…) peut etre que je n’ai rien compris a rien mais ce sont des valeurs qu’on retrouve dans beaucoup de religions et je me demande donc "et si c’etait ca la reponse a la question, que veux Dieu de notre part?"
    peut etre que vivre selon ces pratiques et comprendre pourquoi on fait ca (plutot que de suivre des preceptes aveuglement, comme un enfant recite des tables mathematiques), peut etre est ca que Dieu attends de nous tous…?
    est ce un pecher de se demander? ou de penser ca?

    n’est ce pas d’ailleurs terriblement arogant de penser que sa facon de pratiquer sa religion est LA bonne? si on prend l’exemple de la vaste majorite du monde, la religion de nos parents sera la notre (sauf exception) et donc, se dire: Ma facon de prier Dieu est la meilleure et tout le reste de l’humanite a faux (a part mes freres suivant le meme rite) et donc tout le reste du monde ira en enfer… n’est ce pas terriblement presomptueux et orgueilleux? ou alors on pense etre non pas le "peuple" mais la nation ou religion elue?

    mais je digresse.

    Paix, Salam a tous.

  59. J’ ai lu dans certains com, que le soufisme était le coeur de l’ Islam…Le coeur de l’ Islam reste l’ adoration d’ Allah ta’ ala dans l’ unicité. Voilà le seul et unique coeur de l’ Islam. J’ai quitté le christianisme pour vivre justement ce lien direct entre Allah ta’ ala et le croyant, pour cette unicité, sans pretres, papes,hierarchie,appellations diverses et variées… dans tous ces discours, dans toutes ces explications, je me sens loin de l’ Islam qui m’ a tellement touché. Je le trouve divisé,écorché,orgueilleux, peu enclin à l’adoration, mais plutot dévoué à son maitre, à son sheikh, à son nom, à son école, chacun allant de sa propagande pour faire valoir sa propre pensée, sa propre parole; ce qui conduit inexorablement à l’ éloignement de l’ Islam, de la soumission profonde à notre Seigneur. Revendiquons-nous Musulmans!

    "Et cramponnez-vous tous ensemble au "Habl" (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés."

    [Le Coran, 3:103]

    "Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne oeuvre et dit: "Je suis du nombre des musulmans"?

    [Le Coran, 41:33]

    salam wa ramatullah wa barakatou

  60. alikoum salam gwenn,
    J’ai l’impression que tu as un texte tout fait, que tu colles à chaque fois, parce que j’ai tout relu et y a pas trace de sheikh, de maitre, de nom, ni d’école…
    Pour les 2 réf au Coran : el hamdou l’Illah
    Barak’Allah fik

  61. c’ est mon ressenti et non un texte tout fait, et je le livre sur ce blog pour la première fois; maman de quatre enfants je n’ aurai pas le temps de coller quoi que ce soit, et je trouverai cela un peu malhonnete à dire vrai. Je parle de la communauté en général, du net plus particulièrement,des commentaires, et de toutes ces "manipulations" intellectuelles pour revendiquer son appartenance non plus seulement à l’ Islam, mais à ses propres mouvances. Mais je vous livre là une vision tout à fait utopique de ce que je crois de la religion que notre prophète (qu’ Allah ta’ ala lui accorde la grace et la paix),nous a laissé.Quand je me suis convertie, je perçevais l’ Islam comme une religion très simple, dénuée de barrières et de clivages; des musulmans unis derrière le Coran et la sunna; et plus je rencontre les musulmans, et plus je découvre leurs différends, leurs conflits idéologiques, et ce, meme dans les dénominations. Je trouve cela bien triste, car j’ assiste à des déchirements étonnants sur internet, chacun s’ ennorgueillissant de sa différence et de ce qu’ il détient; ça me brise le coeur, voilà tout, qu’ Allah ta’ ala nous pardonne et nous accorde l’ humilité et la fraternité véritable.salam wa ramatullah wa barakatou

  62. je m’adresse à Gwenn, je suis tres heureuse pour vous, croyez moi , un bon croyan est toujours heureux malgré tout,
    il est toujours pres a aider meme avec le peu qui possede, il ne s’arrete jamais de faire du bien au n om de l’allah gratuitement ,il est là p le petit et le grand, p le riche et le pauvre ect..
    sa vie personnel et famiale comblée de bonheur et de joie, vous savais pourquoi, parce que le bon dieu et toujours là p les bon croyants aimé dieu vous aimera plus, aider les autres vous aidera, plus que vous aprocher de lui il s’approchera vers vous
    je souhaite t les jours que dieu le grand puissant me donnera de la force d’aller encore et encore vers le bon chemin malger mon age j’espere toujours avoir plus de fois pour combatre la haine, la jalousie,le mal, car un etre humain est tres faible . ca se voie sur le visage de bon croyant
    Dommage que la communaute musulman ce fasse du mal pour rien ; dieu le plus puissant .
    le diable est toujours la pour aider l’etre humain a faire du mal encore et encore .
    je pris tout les musulman par le pere ou la mere, par la racine, qui ne connaisse que hamdoullah, et salam alikoum, de jetter un coup d’oeil sur bon geste et règle de l’Islam
    aulieu dire du chose sans connaissance. si pas facile de dire je suis musulman ya des règle.les gens sont facile a etre manipuler,
    et t de suite les critiques le plus grave sur le coron,l’islam et les musulmans .
    plus beau et facile comme l’Islam ya pas
    dieu vous donne la force et la foie

  63. salam,
    g jeter un coup d’oeil sur la polémique du soufisme et g juste envie de dire kelk mots sur ce ke g pu lire en tant ke musulman, ba3d a3oudoubillah mina elchiytan eradjim, bismi Allahi el Rahman el Rahim; je pense comme vous le savez tous que le Coran et la Sunna sont une science extraordinaire et chacun prend de cette science ce qu’il peut, en ce qui concerne la Sunna nous pouvons lire un hadith parmis les nombreux hadiths du prophète (saws)ou une Aya Coranique et là comprendre souvent différemment selon notre compréhension, ceci montre ke c’est Allah qui voulu et Veut ainsi, car nous sommes tous des êtres différents. Si vous remarkez en l’Islam la comprehension de la Chari3a est accessible a tous les musulmans de part sa clarté, mais en dehors de celle-ci nous pouvons parler d’une Aya qui dit " La yamesshou ila el moutaharoun" qui signifie: ‘personne ne peut le toucher, apart les purifiés’ ( en parlant du Coran )
    certains comprendrons que l’on ne peut toucher le Saint Coran sans avoir fait au prealable ses ablutions, ce qui est juste, mais d’une maniere plus ésotérique " La yamessouhou" ou "le toucher" en francais, peut signifier autre chose que le palpable, mais plutot "atteindre" ou "etre proche" ce qui donne un autre sens a cette Aya, ensuite, "el moutaharoun" en francais "les purifiés" ne vise pas seulement les ablutions mais aussi la purification interieur qui veut dire se débarrasser de tous ce que Allah n’Aime pas, y compris les pensées négatives. Concernant les soufis ils peuvent parraitre pour beaucoup comme des innovateurs juste parsk’ils s’appellent soufis, mais que veut dire "soufis"?
    le mot soufi a été donné par la 3eme génération après la Prophète (saws) à un certains nombre de musulmans de l’époque qui se sont retirés du monde materiel pour sauvegarder la religion, parsk deja a ce moment là certains musulmans commencaient deja a etre devier de l’Islam. C’est justement pour cela qu’ils furent nommé Ahl el Safa qui signifie "les gens de la pureté" qui est ensuite devenu Soufi. Alors soyons raisonnable et ne laissons pas une appellation nous détourner d’un trésor cacher, mais je suis daccord qu’il existe certains ki se prétendent ‘soufis’ alors k’ils ne respectent ni le Coran ni la Sunna. Pour conclure voici un hadith Qudoussi qui dit
    " J’Etais un tresor caché, J’ai Aimé me faire connaitre, et J’Ai créé le monde et l’homme bien entendu"
    donc mes chers freres et soeurs il faut creuser pour decouvrir le tresor.

  64. "…Koullou bid’atin dolala wa koullou dolalatin fin-Nar"
    "…toute innovation – est l’égarement, et toute égarement est en Enfer"

  65. as salam aleikoum

    le Messager d’ Allah a dit: Accrochez vous au plus grand nombre car celui qui s est singularisé s’ est singularisé en enfer;

    Il a dit: Celui qui se sépare du groupe meurt d’ une mort de la Jahiliya °paganisme préislamique)

    Rappel concernant les preuves sur la répugnance de la musique des chant et des lamentations:

    Argument du Coran:

    Et parmi les hommes il en est qui dénué de science achete de plaisants discours…la musique voir le chant.

    Absorbés que vous etes par votre distraction….c est la musique avec sensualité qui a fertilisé en nous donc dont on a été absorbé.

    Excite par ta voix, ceux d entre eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie…

    Argument de la sunna:

    D apres Abd ar Rahman Ibn Azf, le Prophete a dit: J’ ai interdit deux voix, stupides, perverses: Celle pendant le chant mélodieux et celle au moment du malheur.

    Ibn Umar a dit ; Je suis entré avec le Messager d Allah , son fils Ibrahim rendait l ame, le Messager d Allah le prit, le mit dans son giron et ses yeux pleurerent. J’ ai dis : O Messager d Allah, es ce que tu pleures alors que tu nous as interdit les larmes…Il a répondu: Je n’interdis pas les larmes, mais j’interdis deux voix, stupides, perverses, une durant la mélodie, le jeu, la distraction et les flutes de Satan, et une au moment du malheur en se frappant le visage, se déchirant les joues et a l’intonation de Satan..

    Le Prophete a dit: J’ai été envoyé pour détruire les flutes et les tambours…

    Ibn Umar a dit: Qu Allah ne vous entende pas! Il passa a coté d’une jeune servante qui chantait, il a dit :Si Satan devait laisser quel q un , il laisserait celle ci.

    Abu Abdillah Ibn Batta al Ukbari a dit; Une personne ,’a interrogé sur l’écoute de la musique, je le lui ai interdit et je lui ai enseigné que les savants l’avaient répugnée, que les simples d’esprit l’avaient approuvé, qu un groupe appelé les soufis la pratiquaient, ils étaient appelés, de nos jours, par les correcteurs : Les jabarites. Ce sont des personnes aux basses ambitions, aux législations innovées; ils montrent l’ascétisme, toutes leurs causes sont des injustices; ils appelent a l’extase et a l amour en faisant tomber la crainte et l’espoir; ils écoutent des choses nouvelles et les femmes, ils s’extasient, ils s’effondrent, ils trompent, is se montrent et ils prétendent que ceci est du a leur grand amour pour le Seigneur et leur désir envers Lui. Qu Allah soit bien élévé au dela de ceux disent les ignorants.

    Il est bien connu que beaucoup de personne parmi les dévots, lorsq ils entendaient le Coran, certains mourraient, d’autres s’effondraient, s’évanouissaient voire criaient, et on trouve cela en quantité dans les livres d’ascétisme.

    Il n’y avait pas chez les compagnons et les suiveurs de telles choses. Nous disons en guise d’affirmation que l homme peut, certes, s’évanouir de peur, ,ais cette peur l’apaise et le rend silencieux, il devient comme le mort. Le signe de celui qui est véridique est que s’il était sur un mur, il s’effondrerait car il devient absent. Quant a celui qui prétend l’ extase et qui préserve ses pieds de trembler puis qu ensuite, il transgresse en déchirant les vetements, en accomplissant des choses blamées par la législation, nous savons que Satan joue avec lui.

    Le Messager d Allah fit une exhortation un jour et quelqu un s’effondra. Le Prophete a dit: Qui est celui qui nous a déguisé notre religion..S’il a été véridique, il a distingué sa personne et s’il a été mensonger, Allah le rabaisse.

    al Hussayn Ibn Abd ar Rahman a dit : J ai dit a Asma bint Abu Bakr: Comment étaient les Compagnons du Prophete et les gens de sa famille lors de la récitation du Coran…
    Elle a répondu: Ils étaient comme Allah les a rappelés et décrit, leurs yeux pleuraient, leurs peaux frémissaaient.

    Je lui dit: Il y a ici des hommes qui s’évanouissent lorsque le Coran leur est récité..
    Elle a répondu: Je cherche refuge aupres d’Allah contre Satan le lapidé.

    Vous avez divergés de la voie des Compagnons et des suiveurs, et ceci suffit comme diminution…

    le chant ,la danse et l extase ne sont qu un point sur lequels vous vous tromper dans votre croyance innovatrice….Ils y en a d’autres encore….C etais juste un avant gout ici…. Salam

  66. faites votre part de prière.. au lieu de critiquer..

    Mohamed sws fait parti des soufis…

    Etre un Soufi, ça ne veut pas dire adorer d’autre que Dieu, mais de mieux sentir sa présence.. de dire qu’il est là et faire tout pour le satisfaire…

    1. @ sarra
      fait attention à la manière d’affirmer quelque chose…
      le prophète Mohamed a dit:
      « Ne forgez pas de mensonges à mon sujet, car celui qui s’en rend coupable entrera dans le Feu. » (Sahih Mouslim)

      Le prophète ne fait pas parti des soufis, je comprend ce que tu veux dire, tu veux parler du caractère exceptionnel qu’il avait et de son total détachement de cette dounia…
      ne dis pas « qu’il fait partie des soufis »… car ce serait affirmer quelque chose qu’il n’a jamais dite! ce serait affirmer qu’il partage ce que pense les soufis actuels…
      renseigne toi bien sur ce qu’est le soufisme et surtout ce qu’il est devenu à travers les siècles jusqu’à notre époque…

      Le 2è calife Abou Bakr asSiddik avait recueilli par écrit pendant son califat + de 200 hadiths attribués au prophète, puis par crainte de Dieu et par peur de commettre la moindre erreur et de peur aussi de devoir rendre des comptes devant son Créateur, et bien les a tous brulés!

      lisez ce lien…et si vous n’y voyez pas de la clairevoyance et du discernement…
      http://www.islamreligion.com/fr/articles/1388/

  67. Tu dis des choses vraimente hallucinant : "Ainsi, la pratique du Soufisme (spiritualité intérieure) est indissociable à la pratique de la religion musulmane" ; comme le soufisme es-t une religion à part.

  68. Le danger du Takfîr

    Le takfîr (très répandu de nos jours) est le fait d’accuser les musulmans de mécréance et les exclure de l’Islam.

    C’est un grand péché qui attaque la foi. Il est un vrai danger qui menace notre communauté : il faut savoir que les péchés commis n’excluent pas le musulman de la foi, sauf s’il nie un pilier de l’Islam…C’est là l’avis des Ahlu assunna wa ljamâ’a (l’écrasante majorité de la oumma, à l’exception de quelques sectes qu’on a cité ci dessous et qui sont loin de la vérité) .
    Celui qui pèche doit se repentir et effacer les mauvais actes commis par les bons actes et par la demande de pardon.

    Dieu dit dans le Coran: « Agissez avec discernement et ne dites point à celui qui se soumet à vous : « Tu n’es pas Croyant » en vue des biens éphémères de la vie ici bas… » Sourate 4, verset 94.

    Selon Ibn Omar (que Dieu l’agrée), le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) a dit: " Quand l’homme dit à son frère: "espèce de mécréant ! " l’un des deux a sûrement mérité ce titre. Il s’applique à l’autre si ce qu’il a dit est vrai, sinon c’est à lui qu’il revient ".
    (Rapporté par Muslim et Al-Bukhârî) Chapitre 325, Page 411, Numéro 1732.

    Le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) a dit: « Si tu entends un homme dire : ‘les gens ont péri’ (disant cela par mépris et orgueil), c’est lui qui en est le plus pire d’eux».
    Hadîth rapporté par Muslim dans son Sahîh : chapitre : Al-birru wa As-sila : (139/2623) et Mâlik dans le chapitre : Al-kalâm (751/2). Il n’y a pas de péché sur celui qui dit cela attristé par son état et l’état des gens par rapport aux manquements dans la religion (sans se croire au dessus des gens ni mépriser les autres).

    Thâbit Ibn Ad-Dahâq (que Dieu l’agrée) qui était l’un de ceux qui ont prêté serment d’allégeance sous l’arbre (le pacte de Ar-ridwân), a rapporté que l’Envoyé de Dieu (Que Dieu lui accorde Sa Grâce et Sa paix) a dit : « Celui qui jure par autre que la religion musulmane, il est considéré comme un adepte de cette religion. Il ne convient pas au fils d’Adam de faire voeu de donner une chose qu’il ne possède pas. Celui qui se donne la mort au moyen d’un objet dans le bas monde, sera torturé par ce même objet au jour de la résurrection. Maudire un croyant équivaut à le tuer. Celui qui accuse un croyant d’incrédulité, est aussi coupable comme s’il l’avait tué ».Hadîth 2031 (p 856) le livre de l’autorisation pour entrer chez autrui dans le sommaire du sahîh al-bukhârî par L’Imâm Zein Ed-Dine Ahmad ibn Abdul-Latif A-Zoubaidi.

    On demanda à l’Imâm Mâlik à propos de la secte des Khawârij : « Sont–ils des mécréants ? », il répondit : « C’est de la mécréance qu’ils fuirent », cette réponse montre une fois de plus la sagesse et le scrupule de ce personnage. En effet, la personne qui témoigne de l’unicité de Dieu,qui atteste que Muhammad (paix et salut sur lui) est le dernier Messager d’Allah et qui ne nie aucun pilier de l’Islam, ne peut être éjectée de l’Islam…
    L’Imam érudit le Sieur Ahmed Mashhûr Al-Haddâd dit : « Il y a unanimité sur l’interdiction de jeter l’anathème sur un musulman, sauf s’il renie l’existence du Créateur Omnipotent – Gloire à Lui-, ou s’il commet un acte d’associationnisme (shirk) explicite n’admettant aucune interprétation, ou s’il renie le statut du Prophète ou une chose nécessairement connue de la religion, ou encore s’il renie une chose faisant l’objet d’une transmission abondante (tawâtur) ou d’une unanimité nécessairement établie dans la religion ».

  69. Moi je comprend pas vos comportement qu’il soit salafis soufi etc…. Il suivent le même livre le coran et la sunna a part que les soufis sont plus dans le faite de travaillé leur nefsse et leurs comportement avec le dihk ainsi que le nettoyage du coeur… En quoi ca vous gêne

  70. Réponse a Mohamed….. Le prophète saw a dit ma communauté ce divisera en 73 branches sur c 73 une seule seras dans le droit chemin on lui demanda laquelle il répondit c celle qui suit le coran et la sunna donc en aucun cas il a dit que c’ete les salafs…… Arrêtez d’inventé des choses qui ne sort pas de la bouche du prophète saw y a qu’Allah qui sait qui es dans le droit chemin et en aucun cas une autre personne….

  71. Vous êtes tous des sectes, parce que vous inventé tous des noms qui n’existé pas au temps du prophète paix et bénédiction sur lui. Vous prenez une qualité de la Ouma, une seule branche ensuite vous vous concentrés dessus et minimisés le reste alors que l’islam c’est la religion du juste milieu tout doit être équilibré, le Dikr cet….. le seule groupe qui iras au paradis sans passer par l’enfer ( le purgatoire ) seras celui qui suit le Coran et la sunna du prophète paix et bénédiction sur lui sans ce donner un nom autre que mouslim.

    1. SLM Frère.. Chaque fausse religion (secte) croit détenir la vérité allant même jusqu’à aboutir à un choc des civilisations..ils se déteste tous..
      Toutes les branches(secte) du faut Islam se dit suivre le Prophète saw…mai au final personne devient Saint…ou et la purification du NEFS(l’AME)???
      ils ont tous misé sur la croyance de Dieu et les Prophète..une croyance basic..
      Meme le diable croie en Dieu…réfléchissez un peu..
      Il y que l’apparence.. la forme.. mais il n’y a pas de fond..
      a par le vrai Souphisme(vrai Islam).. montrer moi une école Islamique(secte) qui fourni des compagnons des véritables Saint..on peu faire le tour du monde..
      on trouvera juste des croyant de base formater..par des sectes Islamique culturel..L’arriver de Al Mahdi as..et ISA as..prouve cette égarement..
      Ces personne Important viendront pour détruire toute les sectes Islamique..
      l’essence meme du vrai Islam c’est devenir Saint.. le Coran le prouve…
      Le Souphisme c’est le vrai l’Islam lui meme ..car tous les Prophètes etain en etat de Souphisme…la vrai foie c’est un voyage spirituel qui mène ver Allah..
      Il faut bien comprendre le mot Tassawouf…Al Mahdi as sera un vrai souphie…un vrai Saint.. jai aucun doute..vous pouvez crié explosé..Il en restera qu’un.. Les personnes qui prie le plus sur cette se sont les vrais Souphie..
      Le prophète saw a dit ma communauté ce divisera en 73 branches(secte) sur c 73 une seule seras dans le droit chemin on lui demanda laquelle il répondit c celle qui suit le coran et la sunna..cette a dire ce qui purifie leur Nefs(leur Ame)..
      L’objectif du vrai Islam c’est devenir Saint..il y a une différence entre ce qui prie pour le paradis.. et ce qui prie pour parvenir a Allah..
      Malheureusement L’Imam du coin vous dira Jamais c’est pure Vérité..
      Car il apprend sa religion par des fausses traduction du Coran..

  72. Qu’elle est son bute?
    Comment étaient les compagnons du PSL?
    Comment est un vrais soufi?
    Ce nom existait il au temps du PSL?
    Pourquoi?
    Le comportement d’un vrais soufi existait il au temps du PSL?

  73. Dieu a dit: innal mou’minouna ikwa ce qui signifie que tous les croyants sont des freres…Sont croyants ceux qui croient à l’unicité d’Allah et que Seydina Mouhamadou rassouloula est le dernier des prophetes.

    Il y a qu’une seule relion qui est l’islam qui signifie soumission à Allah, Issa(jesus) etait musulman, moussa, ibrahima, nouh etc….

    Soufi c’est juste une appellation du musulman par exellence car comme vous le savez le degré de foi n’est pas pareil pour tous musulman, toutefois tous ceux qui croient à la cha’ada est musulman et par conséquent doit se conformer à la shari’a.

    Je vous aime tous car vous tous aimer Allah et son prophete.

    salam sur vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *